Un jour de printemps, nous sommes allés avec un stagiaire dans un endroit      
magnifique, paradis des potiers, patauger allègrement et ramasser des seaux      
de précieux nectar que plus tard nous avons préparé pour nous en servir de      
terre de tournage et de terre sigillée.      
   
fabrik 125    fabrik 124    
fabrik 140    fabrik 141    
fabrik 143           fabrik 144    
Divers endroits d’un lieu riche en argiles   
fabrik 145     fabrik 147    
Etat des bottes et de la voiture après la cueillette….    
Pour reconnaître l’argile au détour des chemins, déjà, lorsque l’eau reste      
longtemps après la pluie, c’est louche. Si en plus la terre colle aux bottes,      
ça devient de plus en plus intéressant. On peut essayer de faire un petit      
boudin d’argile, la longueur de ce petit colombin déterminera la richesse      
en argile de cette terre.      
Photo 010     Photo 042      
La terre est mise à décanter puis tamisée. Ici, tamis 60.      
DSC07590   DSC07615      
Elle est mise sur des rondeaux de plâtre qui vont absorber l’humidité et      
permettre d’obtenir une pâte prête à mettre en ponts. Ces “ponts”      
d’argile sont laissés le temps qu’il faut à la terre pour se raffermir suffisemment      
pour être travaillée au modelage ou au tour.      
DSC07601    DSC07616   
DSC07755    P1070777 
Quelquefois, on trouve les terres dures, on peut les concasser avant de      
les mettre en eau      
DSC07718    DSC07720      
DSC07724Photo 015Photo 045      
Elles sont mélangées au bâton pour les petites quantités, au mélangeur  à      
peinture pour les plus grosses quantités, tamisées et mises sur rondeaux 
      
Les terre récoltées s’utilisent au tour, pour modeler, selon leurs propriétés.      
Il faut faire des tests et surtout les cuire pour déterminer si on peut les      
utiliser. Si une terre continent trop de chaux, les pyrites vont reprendre      
de 8 à 12 fois leur volume en s’hydratant après cuisson et cela peut même      
casser des pièces.
Faites des essais, les argiles cueillies n’ont rien à voir avec      
terres que l’on peut acheter.
La joie de les travailler, d’apprendre à les      
reconnaître est immense.      
      
Si vous avez besoin d’un renseignement, d’un conseil, n’hésitez pas à me      
questionner, je vous répondrai avec plaisir

Pour voir le site de l’atelier      
      
Vous pouvez vous abonner à la newsletter de ce blog. C'est très facile, en haut à droite.
Vous pourrez recevoir alors la news du mois avec les messages nouveaux (cette page est un message)