" />
14 avril 2019

Cursus de tournage. Prochain stage en juillet 2018

Atelier La Terre en Feu. 24290 Valojoulx

Du 25 au 28 juin 2019  COMPLET
Du 5 au 8 novembre  Il reste deux places

Organisme DATADOCKE. Les fdormations peuvent être prises en charge. Demandeurs d'emploi, reconversion, artistes, artisans....

Picto_datadocke

30 heures de travail dans la semaine.
Un tour par personne, nombre de stagiaires 6 à 8 maximum

Le tournage demande un apprentissage et amène à la connaissance de soi. Il est considéré comme un art martial au Japon. Il faut d'abord apprendre à centrer sa terre, trouver ses points d'appuis, intégrer les bons gestes pour monter les parois du bol ou du cylindre. Mais c'est aussi une approche très personnelle, un moment intime avec soi même. Pour tourner il faut faire le vide dans son esprit, apprendre à ressentir et avoir la conscience de chacun de nos gestes, travailler avec le souffle...

Plus qu’une technique, il est la relation intime entre la terre et la personne qui la travaille. Il nécessite une attention, une précision qui apportent la centration. La position, le souffle, la présence sont autant de qualités qui se développent en le pratiquant. L'enseignement est basé sur une approche sensible de la terre, ce qui permet de trouver son propre centre et d'être conscient de ses propres gestes pour les retrouver. Cette conscience est un acquis basé sur les sensations vécues, elle apporte l'autonomie et facilite l'apprentissage.

Ce stage est destiné aux personnes qui souhaitent acquérir des bases de tournage et suffisamment d’aisance pour continuer une pratique autonome. Il est également destiné à permettre aux personnes déjà initiées de se perfectionner, travailler sur des formes ou des difficultés rencontrées, réaliser une théière après en avoir fait le dessin, faire des petites séries.. tout dépendra du niveau des élèves et de leurs besoins.

L'enseignement est différent de celui d'un stage de loisir, le but recherché n'étant pas de "faire des pièces", même si plusieurs sont réalisées, mais d'acquérir une précision et la conscience des gestes. C'est un stage de terre, il n'y a pas de cuisson.
Les élèves peuvent emporter leurs pièces crues.
Il peut rentrer dans le cadre de la formation professionnelle et être partiellement ou totalement pris en charge par l’Etat, la Région, l’employeur, la chambre des métiers…
Les premiers gestes de base avec les explications pour ce premier module. Les débutants sont bienvenus, également stage de perfectionnement au cours duquel nous allons reprendre tous les gestes et les mettre méthodiquement en application jusqu’à obtenir une autonomie complète des différents gestes de base.


J’ai créé une chaîne YouTube de vidéos pédagogiques

Sophie Houdebert

Sign in now to see your channels and recommendations!

https://www.youtube.com/channel/UCm95eFGNBd5_aXUtwNSHc3w

D’abord on apprend à lire la partition, après il faut jouer le morceau encore et encore pour stabiliser et prendre de l’assurance…

Les gestes qui suivent sont des gestes acquis avec une expérience pour un résultat précis, aucun de ces gestes n’invalide d’autres façons de faire d’autres potiers même si ils sont différents. Ce qu’il faut regarder chez un potier c’est si son travail nous convient, on peut choisir ses gestes parce qu’ils correspondent à son travail. Un tourneur de série ou un potier traditionnel indien ou marocain ou espagnol…n’aura pas les mêmes gestes qu’un tourneur à la manufacture de Sèvres ou un faïencier. Le résultat choisi amène les gestes nécessaires à développer.

J’ai écrit le texte en bas de la page de ce que l’on ne peut pas lire et l’explication des gestes

Pour pratiquer le tour de façon excellente, la centration, l’attention, la vigilance, la patience, la douceur sont des qualités essentielles. Elles se cultivent et dès le battage le potier commence à se centrer.
Même un débutant, si il arrive à être bien attentif à terminer chaque phase pour passer à la suivante obtient très rapidement de très bons résultats.
DSC01431DSC01425DSC01426DSC01424DSC01427DSC01423DSC01422DSC01399DSC01430
Pour couper le bord
DSC01428 DSC01429  
Images du stage débutants de juillet 2017
P1180718 P1180724 P1180727 P1180728 P1180729 P1180730 P1180731P1180740  P1180737 P1180738P1180743P1180736 P1180739  P1180742  P1180744 P1180745 P1180746 P1180747 P1180749 P1180750 P1180756P1180758 P1180757 P1180759 P1180760 P1180761 P1180763 P1180765 P1180767 P1180771 P1180774 P1180775 
Le programme
l'installation de l'atelier, les plans de travail, séchoirs, matériel, les outils indispensables et des outils pratiques. Le programme pourra évoluer selon les besoins de chaque stagiaire.
Nous apprendrons ou reprendrons tous les gestes de base.
Le battage, le recyclage de l’argile, la préparation des boules en vue de l’apprentissage du bol.
Les gestes de base du tournage : le centrage, le creusage, le fond, le mur, la vague et avancerons vers la finition totale des pièces avec le tournassage et des décors de surface.

Pour les personnes qui maîtrisent on pourra aller vers les petites séries de bols avec des poids et formes différentes
En fin de stage je donne des exercices à faire en rentrant pour s’exercer et progresser. Ceux qui le souhaitent peuvent rester en contact et je peux à distance continuer à guider au fur et à mesure des progrès dans les exercices.

Tarifs pour un financement personnel

L’adhésion à l’association pour une année est de 40€

30 heures : 540€ (adh) pour une semaine, 565€ (non adh)
pour les personnes qui souhaitent suivre le cursus
Remise  pour un second module soit 490€ (adh)
Un acompte de 200€ par module valide votre inscription


Dans le cas d’une prise en charge par l’employeur ou l’Etat, me consulter pour faire un dossier. (demandeurs d’emploi, chambre des Métiers, professions libérales, maison des artistes , Afdas, Pôle Emploi, Uniformation etc….)

Tarif : 30€ / heure (barème Chambre des Métiers)
A noter que le Fafcea rembourse désormais les frais d’hébergement et de repas. Hébergement maxi 110€ par nuit et repas 18€ le repas. Pour les personnes qui viennent de loin (plus de 100 km) la nuit de la veille et du dernier jour de stage sont pris en compte. L’Afdas, et d’autres organismes financeurs remboursent aussi les frais d’hébergement et de repas. A demander

Pour qu’ une inscription soit enregistrée, un acompte de 200 € est demandé par module par chèque ou virement à l’ordre de « Au grès du feu », à envoyer avec vos coordonnées complètes, mail, adresse, téléphone et le stage que vous voulez faire

Au Grès du feu, les Faux, 24290 Valojoulx
pour tous renseignements. 0685230152

Les boules de plus d'un kg voire plus selon la maîtrise des élèves.
Conception, dessin et fabrication d’une théière et les ajustages du couvercle.
P1060401 DSCF5707 DSCF5706
Le tournage de formes de boules rondes avec les gestes appropriés
Le tournage à la motte pour les couvercles, les becs verseurs, de petites pièces
Le tirage des anses à la main, avec un outil, le tournage des anses.
Montage et assemblage des différentes parties pour arriver à une théière esthétique et pratique qui verse bien
Fabrication de mandrins pour le tournassage

Le tournage du corps de la théière, Le geste de la fameuse vague qui fait monter la terre…
tournage perf sem 1 (62)
 
Tout d’abord apprentissage des premiers gestes pour le corps de la théière lorsque le projet a été dessiné. Bien sûr les gestes évoluent selon la forme et le poids de la terre même si le principe pour faire monter la terre est le même
DSCF7143DSCF7144P1060228P1060294fptour 003DSC07187DSC06295DSC06291DSC06306DSC06307P1200546Photo 058tournage 029DSC05359fptour 054
Tournage à la motte pour tourner le couvercle et le bec verseur.
Petits couvercles à l’endroit, plus grands couvercles à l’envers
DSC05349DSC05353DSC03540DSC03568P1020522
P1060272
Tournage des becs verseurs. Pas faciles à enlever du tour…
DSC05354DSC05375DSC04731DSC04733DSC04818IMGP0256DSC05069
Une fois les différentes parties raffermies, on peut tournasser. Tout d’abord il faut tourner un mandrin pour pouvoir maintenir les pièces pendant le travail
DSC03709DSCF5761DSC04816DSCF5785fptour 032fptour 036
Puis le tirage des anses. Ca me fait toujours très plaisir de revoir les beaux sourires et les regards attentifs… Nous verrons aussi comment faire des anses avec un outil spécial et comment les tourner
DSCF5802 fptour 003 (2) fptour 004 (2) IMG_2151
Une fois le couvercle ajusté au corps de la théière, ce qui demande beaucoup de soin, nous pouvons faire des essais avec différents becs verseurs et choisir celui qui nous plaît le plus. Une fois le choix fait, le corps de la théière aura des petits trous et le bec verseur sera collé. J’ai l’habitude de poser l’anse en dernier
DSC06351DSC06375 DSC06370DSC06371DSC06384 DSC06387DSC06389DSC06392 DSCF7295DSC06396DSC06397tournage 032fptour 004 (3)fptour 003 (3)fptour 006fptour 087Photo 097Photo 099Photo 101PICT0133PICT0134PICT0135
Les formes varient à l’infini…
 

Le cylindre, des boules de plus d'un kg voire plus selon la maîtrise des élèves.
Le tournage sur rondeaux
Le tournage de grosses pièces par l’assemblage de plusieurs parties
Apprentissage des formes qui s’encastrent bien l’une dans l’autre pour ne pas faire de bourrelet à l’endroit du raccord
Les bonnes consistances de travail
Tournassage
Polissage sur le tour en fin de travail

Tournage de l’assiette pour coller les rondeaux
DSCF5536 DSCF5539 DSCF5540 DSCF5541 DSCF5547
Tournage des parties à assembler
tournage 049 tournage 080 tournage 090 tournage 105  tournage 126 tournage 13420170924_10135420170924_101350
Mise en place des éléments les uns avec les autres
P1070646 P1070647 P1070648 P1070650 P1070674P1070667P1070709  P1070696 P1070697  P1070717 P1070718 P1070752 tournage 123 tournage 141 tournage 146 tournage 148 tournage 15820170925_203707 20170925_190242 20170925_200517  20170926_151055
Résultat après polissage
20171002_183811 20171002_184424 20171002_184627 20171002_184619

Le site : http://laterreenfeu.fr

La page avec des centaines de photos sur la vie de l'atelier

Le blog

Vrai livre en ligne avec recettes, photos, explications techniques et de mise en application

Tel 0685230152. Sophie Houdebert

Tarifs pour un financement personnel

L’adhésion à l’association pour une année est de 40€

30 heures : 540€ (adh) pour une semaine, 565€ (non adh)
pour les personnes qui souhaitent suivre le cursus

Si vous le souhaitez vous pouvez adhérer  à l’association, 40 € d’adhésion valable une année


Dans le cas d’une prise en charge par l’employeur ou l’Etat, me consulter pour faire un dossier. (demandeurs d’emploi, chambre des Métiers, professions libérales, maison des artistes , Afdas, Pôle Emploi, Uniformation etc….)

Tarif : 30€ / heure (barème Chambre des Métiers)
A noter que le Fafcea rembourse désormais les frais d’hébergement et de repas. Hébergement maxi 110€ par nuit et repas 18€ le repas. Pour les personnes qui viennent de loin (plus de 100 km) la nuit de la veille et du dernier jour de stage sont pris en compte. L’Afdas, et d’autres organismes financeurs remboursent aussi les frais d’hébergement et de repas. A demander

Pour qu’ une inscription soit enregistrée, un acompte de 200 € est demandé par module par chèque ou virement à l’ordre de « Au grès du feu », à envoyer avec vos coordonnées complètes, mail, adresse, téléphone et le stage que vous voulez faire

Au Grès du feu, les Faux, 24290 Valojoulx
pour tous renseignements. 0685230152

Les gestes qui suivent sont des gestes acquis avec une expérience pour un résultat précis, aucun de ces gestes n’invalide d’autres façons de faire d’autres potiers même si ils sont différents. Ce qu’il faut regarder chez un potier c’est si son travail nous convient, on peut choisir ses gestes parce qu’ils correspondent à son travail. Un tourneur de série ou un potier traditionnel indien ou marocain ou espagnol…n’aura pas les mêmes gestes qu’un tourneur à la manufacture de Sèvres ou un faïencier. Le résultat choisi amène les gestes nécessaires à développer.

Je vais donc écrire le texte en bas de la page de ce que l’on ne peut pas lire

Pour pratiquer le tour de façon excellente, la centration, l’attention, la vigilance, la patience, la douceur sont des qualités essentielles. Elles se cultivent et dès le battage le potier commence à se centrer.
Même un débutant, si il arrive à être bien attentif à terminer chaque phase pour passer à la suivante obtient très rapidement de très bons résultats.

Boules de terre….

fptour 016 DSCF5666 fptour 008 fptour 009 fptour 010 fptour 013 fptour 014 fptour 015
Partage de notes sur le tableau pendant une formation de tournage pour mémoriser les gestes du tournage et leur utilité.

DSC01431
Battage de la terre

Explication des schémas. Le battage de la terre : Coller la terre sur la table (4 kg minimum). Une moitié dépasse de la table. Le poignet de la main gauche est posé contre la boule. Le fil est dans la main au dessous. La main droite prend le fil en haut, fait le tour avec le fil dans le sens des aiguilles d’une montre et rejoint la main gauche, ce qui coupe la boule. Le poignet gauche maintient la boule coupée, la main droite pose le fil et les deux mains rabattent le morceau coupé sur le morceau resté sur la table. Les deux mains prennent le morceau de terre dans les paumes, pouces devant surtout sans rentrer les doigts dans la terre pour ne pas créer de bulles d’air.
Le corps est bien ancré, bien en face de la table, on lève la terre coupée et on la claque fermement vers l’avant sur la terre posée. (pas vers soi). C’est pour chasser l’air. On plie un peu les genoux, une jambe un peu avancée, le corps est souple et mobile.La terre éclabousse vers l’avant. Puis on retourne la terre face contre la table en lui faisant faire un quart de tour dans le sens des aiguilles d’une montre en la faisant dépasser de la moitié et on recommence la première opération. Si c’est une terre sortie du pain, une vingtaine de tours suffisent, pour du recyclage, 30, 35 fois permettent d’avoir une terre idéale pour un tournage plus facile qui n’aura pas de vrille interne. La préparation des boules est très importante aussi mais trop longue à décrire. Ce qu’il faut retenir c’est qu’il faut beaucoup d’attention pour préparer ses boules si on est débutant pour se faciliter la tâche. Après, cela va dépendre du tournage que l’on fait.
En ce qui me concerne, je tourne très fin et pour bien tendre les formes je fais une ou deux vagues au maximum et termine à l’estèque. De plus étant une femme je n’ai pas beaucoup de force et j’ai besoin de me ménager le dos.

DSC01425DSC01426

Le centrage. Le tour en occident tourne dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Pour centrer la terre, il doit tourner plus vite car la vitesse nous aide. Le corps doit être bien calé en toutes circonstances et les pains travaillent ensemble. Le corps est sur la gauche (fesse droite un peu en l’air car en appui sur la gauche), on appuie le bras gauche sur la cuisse. Il est essentiel de se sentir à l’aise et de ne pas se crisper ni forcer. Les mains doivent effleurer la girelle mais ne pas traîner dessus pour ne pas se blesser. On tourne à la barbotine, qui permet de mieux “graisser” la terre sans la laver. Cela toujours dans un souci de travailler avec peu de gestes et très fin.
La main droite pousse grâce au poids du corps. Elle est devant. Selon la taille de la boule, la position varie. Pour une petite boule de 400 gr, par exemple, elle est grande et on utilisera le pouce, l’annulaire et l’auriculaire, l’index et le majeur resteront au dessus de la boule. Pour une boule plus grosse (800gr), c’est le pouce et l’index de la main droite qui seront approchés (comme sur le petit schéma).
Le bras est bien calé, le pouce est en bas. La paume est contre le bas de la boule, la main est sur le côté gauche de la boule. Il est essentiel de bien rester à gauche et de ne pas essayer à attraper la boule pour la maintenir sinon on se fait entraîner. Le corps ne s’appuie pas sur la boule, il reste bien calé, sinon il sera entraîné.
La main gauche est posée derrière contre la boule, contre la main droite pour travailler en un point et ne frotte pas sur la girelle pour ne pas se blesser. Mais le petit doigt ramasse bien le bas de la boule.  Son rôle est d’aider la main droite et de ramasser la terre en bas de la boule.
L’action des deux mains est de presser la terre en poussant avec la main droite, tirant avec la main gauche vers le centre pur mettre la terre au creux des mains.
Comme le corps a de bons appuis, les bras ne bougent pas, la pression juste permet de caler la terre et de la mettre au centre.
Pour centrer, c’est une décision, on doit donner l’impulsion d’énergie nécessaire. Sans notre action la boule restera sur le tour tranquillement. On s’implique dans le tournage, et parfois ce n’est pas facile parce que chaque geste pas encore acquis se voit tout de suite. L’essentiel est de se connecter à ce qui se passe, à faire attention à faire chaque phase l’une après l’autre en prenant ses appuis, en étant détendu…. facile à dire ;=) C’est un voyage intérieur et lorsque l’on rentre vraiment en relation avec la terre, la vitesse, soi même, c’est une danse agile qui procure une joie immense. La patience, la vigilance, l’attention, la douceur sont autant de qualités que le tournage nous demande de développer.

DSC01427

Le creusage  Le corps est au milieu, le appuis sont sur les deux cuisses. Les bras sont de chaque côté de la boule, les mains sont de part et d’autre de la boule. Sur le schéma on voit le pouce de la main gauche posé sur la boule. Il va servir d’appui à l’index droit qui plonge au cœur de la boule accompagné du pouce. Les doigts extérieurs de la main droite tiennent la boule. La main gauche est bien posée sur la girelle et permet de garder la stabilité pour ne pas décentrer la boule ou cruser de travers. Une légère inclinaison est nécessaire pour ouvrir la boule. La position dépend bien sûr de la taille de la boule, de la forme que l’on souhaite obtenir. On ne va pas creuser de la même façon pour un bol et pour une assiette. On laisse un peu moins d’un centimètre de fonds.
DSC01423DSC01399
Le fond plat se fait après le creusage pour préparer le mur. A partir du moment où la terre est creusée, c’est toujours la main gauche qui sera dans le pot pour ne pas aller à contre sens de la terre dont la paroi va s’affiner de plus en plus.
Le majeur, l’annulaire, l’auriculaire de la main gauche sont donc dans le pot, majeur et annulaire au même niveau, c’est eux qui vont aplatir la terre en s’appuyant sur le fonds et en allant vers la droite. Les deux doigts appuient sur le fonds tandis que la face externe du majeur crée la paroi. Ce n’est pas seulement le bout des doigts qui travaillent mais tout le doigt. L’index est en l’air, en dehors du pot, il aide à l’équilibre. La main droite se pose contre le pouce de la main gauche pour pousser et exercer une pression avec la main gauche qui va empêcher la boule de s’élargir trop et bien sûr maintenir l’équilibre pour ne pas décentrer. Le défaut le plus courant est de monter trop vite le mur sans avoir fait un fonds suffisamment large. Il est alors difficile de monter la vague et cela fait des pots très lourds. Pour cela, bien rester en bas de la boule jusqu’à ce que l’épaisseur tout en bas ne dépasse pas 1,5 cm . C’est un défaut que je rencontre souvent chez les débutant, de ne pas terminer un geste et de passer au suivant, d’aller plus vite pour monter que la vitesse du tour, ce qui fait une vis, de rester trop longtemps, ce qui assèche la terre, de mettre trop de barbotine, ce qui fatigue la terre.. Si cela vous arrive, vous pourrez comme ça tenter de les corriger…

DSC01424

Le mur. Le mur est la continuité du fonds plat. Il sert à prépare la vague. Au début, on peut décomposer; Après plus d’expérience les deux gestes se font l’un à la suite de l’autre dans un même élan. Suivant la forme que l’on veut obtenir on ne lui donnera bien sûr pas la même forme. C’est une pression exercée qui va faire monter la terre. On forme comme une pince entre le pouce de la main gauche (à l’extérieur du pot) et le majeur (à l’intérieur) et la main droite appuyée sert de support pour éviter l’évasement et le décentrage. L’index de la main gauche est en dehors du pot ou dedans selon la taille de la boule, tandis que les autres doigts sont dedans. Le majeur est à plat contre la paroi, c’est ce qui va former un mur. De par la vitesse et la force centrifuge la terre va monter. Les mouvements doivent être réguliers, la pression régulière, la vitesse de montée proportionnelle à la vitesse du tour, les doigts bien barbotinés et c’est parti !!!!!!!!!
Les deux mains sont toujours jointes dans toutes les phases, tournage, tournassage, coupe, tant que la boule a la taille de la main. Après, avec des boules plus grosses on va trouver des appuis avec le corps.
On travaille toujours en un point et on ne descend jamais
DSC01422
La vague  Elle sert à monter la terre et à donner la forme. L’intervalle entre les deux doigts va déterminer l’épaisseur de la paroi.
C’est une pincée très fine en un point très précis. Le contact avec la terre doit être très précis pour ne pas assécher la barbotine et bien monter la terre.
Elle part bien d’en bas et se prépare avec le majeur de la main droite qui prépare un petit creux dans lequel le pouce à l’envers va pouvoir se caler. C’est très difficile à décrire comme position, excusez moi. J’essaierai de trouver des photos qui montrent cette position. La main droite est retournée vers l’extérieur, paume en l’air. Le pouce et l’index sont joints. On se couche sur l’avant bras droit pour être bien calé, on pose le pouce à l’envers dans le creux préparé, l’index contre la paroi et on va caler le majeur de la main gauche à l’intérieur du pot au dessus du pouce de la main droite et on pince. On part bien du bas. Dès que la vague est formée par la pincée on peut monter la terre. Comme toujours, la vitesse de montée doit être proportionnelle à la vitesse du tour, les mains et la paroi sont bien barbotinées, et surtout on garde la même position jusqu’en haut sans tourner les mains. On peut selon la consistance de la terre desserrer un peu la pression entre les deux doigts en arrivant en haut mais en aucun cas lâcher la position des mains. On peut respirer quand la vague est terminée. Travail en apnée recommandé ;-)
DSC01428 DSC01429
Pour couper : On tient le bord de la paroi avec les doigts pleins de barbotine pour que la terre n’accroche pas et on approche doucement la pointe du couteau jusqu’à toucher l’index qui se trouve en face de la pointe. Lorsque la pointe a traversé la paroi, elle est coupée et on peut retirer l’anneau de terre qui se détache tout seul. Les défauts les plus courants sont d’enfoncer la pointe de façon trop forte, ce qui déforme la paroi, de tirer l’anneau qui se détache avant que la terre soit coupée complètement, ce qui arrache le haut ou fait vriller la paroi, de ne pas avoir le doigt en face de la pointe ou du couteau. Si vous n’arrivez pas bien à couper, vérifiez si vous faîtes bien ces gestes.

Ne pas tirer, ne pas appuyer trop fort, ne pas approcher trop vite la pointe. Tout dans le tournage est une question d’équilibre et de douceur et de centration… Pas de précipitation au risque de voir s’écrouler le travail.

DSC01430


01 juillet 2016

Les gestes essentiels du tournage prochain stage du 19 au 28 juillet 2016. Débutants et perfectionnement

Les gestes essentiels du tournage en vidéos et en images

Le tournage sur rondeau
https://www.youtube.com/watch?v=9jxvNCJsp9Y

https://www.youtube.com/watch?v=aSipYjyVDVI

Le tournage à la quille

Il reste une place pour le stage.

Tous les renseignements sur le site http://laterreenfeu.fr/calendrier-prochaines-formations/tournage/

Les gestes qui suivent sont des gestes acquis avec une expérience pour un résultat précis, aucun de ces gestes n’invalide d’autres façons de faire d’autres potiers même si ils sont différents. Ce qu’il faut regarder chez un potier c’est si son travail nous convient, on peut choisir ses gestes parce qu’ils correspondent à son travail. Un tourneur de série ou un potier traditionnel indien ou marocain ou espagnol…n’aura pas les mêmes gestes qu’un tourneur à la manufacture de Sèvres ou un faïencier. Le résultat choisi amène les gestes nécessaires à développer.

Je vais donc écrire le texte en bas de la page de ce que l’on ne peut pas lire

 Pour pratiquer le tour de façon excellente, la centration, l’attention, la vigilance, la patience, la douceur sont des qualités essentielles. Elles se cultivent et dès le battage le potier commence à se centrer.
Même un débutant, si il arrive à être bien attentif à terminer chaque phase pour passer à la suivante obtient très rapidement de très bons résultats.

Boules de terre….

fptour 016 DSCF5666   fptour 008 fptour 009 fptour 010 fptour 013 fptour 014 fptour 015
Partage de notes sur le tableau pendant une formation de tournage pour mémoriser les gestes du tournage et leur utilité.

                                  DSC01431 
                                                   Battage de la terre                                        

Explication des schémas. Le battage de la terre : Coller la terre sur la table (4 kg minimum). Une moitié dépasse de la table. Le poignet de la main gauche est posé contre la boule. Le fil est dans la main au dessous. La main droite prend le fil en haut, fait le tour avec le fil dans le sens des aiguilles d’une montre et rejoint la main gauche, ce qui coupe la boule. Le poignet gauche maintient la boule coupée, la main droite pose le fil et les deux mains rabattent le morceau coupé sur le morceau resté sur la table. Les deux mains prennent le morceau de terre dans les paumes, pouces devant surtout sans rentrer les doigts dans la terre pour ne pas créer de bulles d’air.
Le corps est bien ancré, bien en face de la table, on lève la terre coupée et on la claque fermement vers l’avant sur la terre posée. (pas vers soi). C’est pour chasser l’air. On plie un peu les genoux, une jambe un peu avancée, le corps est souple et mobile.La terre éclabousse vers l’avant. Puis on retourne la terre face contre la table en lui faisant faire un quart de tour dans le sens des aiguilles d’une montre en la faisant dépasser de la moitié et on recommence la première opération. Si c’est une terre sortie du pain, une vingtaine de tours suffisent, pour du recyclage, 30, 35 fois permettent d’avoir une terre idéale pour un tournage plus facile qui n’aura pas de vrille interne. La préparation des boules est très importante aussi mais trop longue à décrire. Ce qu’il faut retenir c’est qu’il faut beaucoup d’attention pour préparer ses boules si on est débutant pour se faciliter la tâche. Après, cela va dépendre du tournage que l’on fait.
En ce qui me concerne, je tourne très fin et pour bien tendre les formes je fais une ou deux vagues au maximum et termine à l’estèque. De plus étant une femme je n’ai pas beaucoup de force et j’ai besoin de me ménager le dos.

DSC01425DSC01426

Le centrage. Le tour en occident tourne dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Pour centrer la terre, il doit tourner plus vite car la vitesse nous aide. Le corps doit être bien calé en toutes circonstances et les pains travaillent ensemble. Le corps est sur la gauche (fesse droite un peu en l’air car en appui sur la gauche), on appuie le bras gauche sur la cuisse. Il est essentiel de se sentir à l’aise et de ne pas se crisper ni forcer. Les mains doivent effleurer la girelle mais ne pas traîner dessus pour ne pas se blesser. On tourne à la barbotine, qui permet de mieux “graisser” la terre sans la laver. Cela toujours dans un souci de travailler avec peu de gestes et très fin.
La main droite pousse grâce au poids du corps. Elle est devant. Selon la taille de la boule, la position varie. Pour une petite boule de 400 gr, par exemple, elle est grande et on utilisera le pouce, l’annulaire et l’auriculaire, l’index et le majeur resteront au dessus de la boule. Pour une boule plus grosse (800gr), c’est le pouce et l’index de la main droite qui seront approchés (comme sur le petit schéma).
Le bras est bien calé, le pouce est en bas. La paume est contre le bas de la boule, la main est sur le côté gauche de la boule. Il est essentiel de bien rester à gauche et de ne pas essayer à attraper la boule pour la maintenir sinon on se fait entraîner. Le corps ne s’appuie pas sur la boule, il reste bien calé, sinon il sera entraîné.
La main gauche est posée derrière contre la boule, contre la main droite pour travailler en un point et ne frotte pas sur la girelle pour ne pas se blesser. Mais le petit doigt ramasse bien le bas de la boule.  Son rôle est d’aider la main droite et de ramasser la terre en bas de la boule.
L’action des deux mains est de presser la terre en poussant avec la main droite, tirant avec la main gauche vers le centre pur mettre la terre au creux des mains.
Comme le corps a de bons appuis, les bras ne bougent pas, la pression juste permet de caler la terre et de la mettre au centre.
Pour centrer, c’est une décision, on doit donner l’impulsion d’énergie nécessaire. Sans notre action la boule restera sur le tour tranquillement. On s’implique dans le tournage, et parfois ce n’est pas facile parce que chaque geste pas encore acquis se voit tout de suite. L’essentiel est de se connecter à ce qui se passe, à faire attention à faire chaque phase l’une après l’autre en prenant ses appuis, en étant détendu…. facile à dire ;=) C’est un voyage intérieur et lorsque l’on rentre vraiment en relation avec la terre, la vitesse, soi même, c’est une danse agile qui procure une joie immense. La patience, la vigilance, l’attention, la douceur sont autant de qualités que le tournage nous demande de développer.

                                   DSC01427

Le creusage  Le corps est au milieu, le appuis sont sur les deux cuisses. Les bras sont de chaque côté de la boule, les mains sont de part et d’autre de la boule. Sur le schéma on voit le pouce de la main gauche posé sur la boule. Il va servir d’appui à l’index droit qui plonge au cœur de la boule accompagné du pouce. Les doigts extérieurs de la main droite tiennent la boule. La main gauche est bien posée sur la girelle et permet de garder la stabilité pour ne pas décentrer la boule ou cruser de travers. Une légère inclinaison est nécessaire pour ouvrir la boule. La position dépend bien sûr de la taille de la boule, de la forme que l’on souhaite obtenir. On ne va pas creuser de la même façon pour un bol et pour une assiette. On laisse un peu moins d’un centimètre de fonds.
DSC01423DSC01399
Le fond plat se fait après le creusage pour préparer le mur. A partir du moment où la terre est creusée, c’est toujours la main gauche qui sera dans le pot pour ne pas aller à contre sens de la terre dont la paroi va s’affiner de plus en plus.
Le majeur, l’annulaire, l’auriculaire de la main gauche sont donc dans le pot, majeur et annulaire au même niveau, c’est eux qui vont aplatir la terre en s’appuyant sur le fonds et en allant vers la droite. Les deux doigts appuient sur le fonds tandis que la face externe du majeur crée la paroi. Ce n’est pas seulement le bout des doigts qui travaillent mais tout le doigt. L’index est en l’air, en dehors du pot, il aide à l’équilibre. La main droite se pose contre le pouce de la main gauche pour pousser et exercer une pression avec la main gauche qui va empêcher la boule de s’élargir trop et bien sûr maintenir l’équilibre pour ne pas décentrer. Le défaut le plus courant est de monter trop vite le mur sans avoir fait un fonds suffisamment large. Il est alors difficile de monter la vague et cela fait des pots très lourds. Pour cela, bien rester en bas de la boule jusqu’à ce que l’épaisseur tout en bas ne dépasse pas 1,5 cm . C’est un défaut que je rencontre souvent chez les débutant, de ne pas terminer un geste et de passer au suivant, d’aller plus vite pour monter que la vitesse du tour, ce qui fait une vis, de rester trop longtemps, ce qui assèche la terre, de mettre trop de barbotine, ce qui fatigue la terre.. Si cela vous arrive, vous pourrez comme ça tenter de les corriger…

                                DSC01424

Le mur. Le mur est la continuité du fonds plat. Il sert à prépare la vague. Au début, on peut décomposer; Après plus d’expérience les deux gestes se font l’un à la suite de l’autre dans un même élan. Suivant la forme que l’on veut obtenir on ne lui donnera bien sûr pas la même forme. C’est une pression exercée qui va faire monter la terre. On forme comme une pince entre le pouce de la main gauche (à l’extérieur du pot) et le majeur (à l’intérieur) et la main droite appuyée sert de support pour éviter l’évasement et le décentrage. L’index de la main gauche est en dehors du pot ou dedans selon la taille de la boule, tandis que les autres doigts sont dedans. Le majeur est à plat contre la paroi, c’est ce qui va former un mur. De par la vitesse et la force centrifuge la terre va monter. Les mouvements doivent être réguliers, la pression régulière, la vitesse de montée proportionnelle à la vitesse du tour, les doigts bien barbotinés et c’est parti !!!!!!!!!
Les deux mains sont toujours jointes dans toutes les phases, tournage, tournassage, coupe, tant que la boule a la taille de la main. Après, avec des boules plus grosses on va trouver des appuis avec le corps.
On travaille toujours en un point et on ne descend jamais 
                       DSC01422
La vague
  Elle sert à monter la terre et à donner la forme. L’intervalle entre les deux doigts va déterminer l’épaisseur de la paroi.
C’est une pincée très fine en un point très précis. Le contact avec la terre doit être très précis pour ne pas assécher la barbotine et bien monter la terre.
Elle part bien d’en bas et se prépare avec le majeur de la main droite qui prépare un petit creux dans lequel le pouce à l’envers va pouvoir se caler. C’est très difficile à décrire comme position, excusez moi. J’essaierai de trouver des photos qui montrent cette position. La main droite est retournée vers l’extérieur, paume en l’air. Le pouce et l’index sont joints. On se couche sur l’avant bras droit pour être bien calé, on pose le pouce à l’envers dans le creux préparé, l’index contre la paroi et on va caler le majeur de la main gauche à l’intérieur du pot au dessus du pouce de la main droite et on pince. On part bien du bas. Dès que la vague est formée par la pincée on peut monter la terre. Comme toujours, la vitesse de montée doit être proportionnelle à la vitesse du tour, les mains et la paroi sont bien barbotinées, et surtout on garde la même position jusqu’en haut sans tourner les mains. On peut selon la consistance de la terre desserrer un peu la pression entre les deux doigts en arrivant en haut mais en aucun cas lâcher la position des mains. On peut respirer quand la vague est terminée. Travail en apnée recommandé ;-)
DSC01428 DSC01429
Pour couper : On tient le bord de la paroi avec les doigts pleins de barbotine pour que la terre n’accroche pas et on approche doucement la pointe du couteau jusqu’à toucher l’index qui se trouve en face de la pointe. Lorsque la pointe a traversé la paroi, elle est coupée et on peut retirer l’anneau de terre qui se détache tout seul. Les défauts les plus courants sont d’enfoncer la pointe de façon trop forte, ce qui déforme la paroi, de tirer l’anneau qui se détache avant que la terre soit coupée complètement, ce qui arrache le haut ou fait vriller la paroi, de ne pas avoir le doigt en face de la pointe ou du couteau. Si vous n’arrivez pas bien à couper, vérifiez si vous faîtes bien ces gestes.

Ne pas tirer, ne pas appuyer trop fort, ne pas approcher trop vite la pointe. Tout dans le tournage est une question d’équilibre et de douceur et de centration… Pas de précipitation au risque de voir s’écrouler le travail.

DSC01430

 


alendier
BarbotineCuls de bolsbols au feuCreusage d'une grosse bouleEn plein cours de tournageenfumage sigilléesEn plein feuEnfumageFeu d'artificeEtincellesenseigne, le potierLa main dans le potfumée noire four à boisLa potière regarde les pièces à la sortie du fourLa potière au tourLes mains dans la barbotineles mains ouvrent la terreoutils au pied du potOuverture du four RakuPot au feuPetit bolprête à enfumerDSC00223DSC00252DSC00136DSC00182DSC00184



Le tournage demande un apprentissage et amène à la connaissance de soi. Il est considéré comme un art martial au Japon. Il faut d'abord apprendre à centrer sa terre, trouver ses points d'appuis, intégrer les bons gestes pour monter les parois du bol ou du cylindre. Mais c'est aussi une approche très personnelle, un moment intime avec soi même. Pour tourner il faut faire le vide dans son esprit, apprendre à ressentir et avoir la conscience de chacun de nos gestes, travailler avec le souffle...

Stage intensif de tournage du 19 au 28 juillet



Quelques images des gestes de base...

Le tournage est considéré par les japonais comme un art martial. Plus qu’une technique, il est la relation intime entre la terre et la personne qui la travaille. Il nécessite une attention, une précision qui apportent la centration. La position, le souffle, la présence sont autant de qualités qui se développent en le pratiquant. L'enseignement est basé sur une approche sensible de la terre, ce qui permet de trouver son propre centre et d'être conscient de ses propres gestes pour les retrouver. Cette conscience est un acquis basé sur les sensations vécues, elle apporte l'autonomie et facilite l'apprentissage.

DSC05574DSC05579DSC05585
Battre et recycler la terre, les premiers gestes

DSC05635DSC05644 
Pour préparer de bonnes boules faciles à tourner

Ce stage est destiné aux personnes qui souhaitent acquérir des bases de tournage et suffisamment d’aisance pour continuer une pratique autonome. Il est également destiné à permettre aux personnes déjà initiées de se perfectionner, travailler sur des formes ou des difficultés rencontrées, réaliser une théière après en avoir fait le dessin, faire des petites séries.. tout dépendra du niveau des élèves et de leurs besoins.

L'enseignement est différent de celui d'un stage de loisir, le but recherché n'étant pas de "faire des pièces", même si plusieurs sont réalisées, mais d'acquérir une précision et la conscience des gestes. C'est un stage de terre, il n'y a pas de cuisson.
Il peut rentrer dans le cadre de la formation professionnelle et être partiellement ou totalement pris en charge par l’Etat, la Région, l’employeur, la chambre des métiers…

DSC05476  DSC05403
Le centrage,
DSC05406   DSC05330DSC05296   
DSC05667  DSC05671

Le mur,
DSC05294      P1060524
La vague, le cylindre, les bols, les saladiers,
P1060602        P1060690
P1060518P1060498

pichet, théière, formes rondes, évasées, plates, 
P1060745   P1060409
DSC04862DSC04863
DSC01399DSC01427P1060401 
Quelques explications théoriques

P1060409DSC05680 
DSC05686 DSC05682
015 IMG_0546 
Tournasser pour parfaire et alléger les formes?
DSC05727 DSC05744
DSC05757 DSC05767
DSC05772 DSC05775
DSC05799 DSC05800
DSC05805   DSC05802

Poser les anses des pichets? Garnir une théière?
DSC_0173 DSC_0207
Tourner une grande assiette?
DSC_0267 DSC_0283
DSC_0348 DSC_0379
DSC_0383 DSC_0384
Faire un cendrier qui garde les odeurs de tabac?
Et bien d’autres formes encore selon vos besoins et votre niveau …

DSC05348 DSC05323
Apprendre à tourner les couvercles? Tourner sur rondeaux?

 

DSC05337 DSC05356
Tourner des formes hautes? Les becs verseurs?

DSC05359 DSC05400
Des bonnes formes bien rondes?
   
   DSC05790
P1060280
Le site : http://laterreenfeu.fr

Tel 0685230152. Sophie Houdebert

11 juillet 2015

Ajuster un couvercle sur un pot

DSC06492 DSC06493 DSC06498 DSC06503
Ce n’est pas une chose facile que d’ajuster un couvercle sur son pot…

J’ai pris quelques vues de pots et de leur couvercle pour montrer quelques façons de pouvoir les adapter et surtout de les ajuster pour éviter qu’ils tombent …

 autre système de couvercle pot encore sur le tour pots et leur couvercle pots
Voici quelque pots tout frais sortis du tour. Le couvercle va venir chapeauter le col. On voit sous les pots des assiettes plates tournées à l’envers, ce sont les couvercles.
ajustage col ajustage du col pour accueillir le couvercle coupe du col tournassage couvercle 

Les pots et les couvercles sont tournassés soigneusement et ajustés. C’est un moment délicat, il faut avoir de la patience et de la délicatesse. Le couvercle doit être bien ajusté pour ne pas risquer de tomber lorsque l’on va utiliser le pot.
Il est plus facile de tourner le pot en même temps que son couvercle pour avoir la même consistance d’argile, donc le même retrait au tournassage. Cela ne veut pas dire qu’on ne peut pas tourner un couvercle après mais le retrait d’une terre n’est pas facile à calculer
 DSC06468 DSC06469 DSC06470 DSC06474  DSC06476
On peut voir différentes hauteurs de couvercles, c’est un choix esthétique,
le principe d’ajustement est ici le même

DSC06477  DSC06482  DSC06485 DSC06486
DSC06481DSC06483

Juste pour le régal des yeux après le passage de la terre sigillée avant enfournement..

 DSC06493 DSC06494
Système classique de couvercle qui entre dans le pot et se pose sur le bord. Petit conseil,
attention de ne pas faire la partie qui entre dans le pot trop petite pour ne pas que le couvercle bouge.
Il doit s’ajuster à l’intérieur du pot. Encore une fois, l’ajustage se fait lors du tournassage
DSC06498 DSC06499 DSC06500
DSC06501 DSC06502

Le couvercle entre cette fois dans le pot et se pose sur le col qui est plus bas que le bord du pot
DSC06495 DSC06496 DSC06497

Les couvercles sont classiquement posés sur le col; On voit bien sur l’image de droite que le diamètre intérieur de la théière correspond bien à la partie qui rentre dans le col

  DSC06504 DSC06505 DSC06506

Théière modelée. Le couvercle ne s’ajuste pas très bien, on voit que le colombin est trop petit par rapport au diamètre de l’ouverture du col et de fait, le couvercle bouge.
DSC06507 DSC06508 DSC06509
DSC06510 DSC06511

Autre théière modelée, cette fois le couvercle rentre bien et ne bouge pas

 Si vous avez des questions à poser, n'hésitez pas. Vous pouvez aussi poser un commentaire
Pour visiter   le site de l'atelier

Contact: Sophie@laterreenfeu.com
0685230152. Laissez moi vos coordonnées, je peux vous rappeler

 

 

 

 

 

 

25 mai 2015

Tournassage de la théière

Pour visiter le site de l'atelier avec programmes des stages et formations

Cette fiche est la suite de la dernière qui concernait le tournage de la théière, du couvercle et du bec verseur. 

Après raffermissement, les objets sont décollés du rondeau de plâtre. Cela se fait très facilement car le plâtre absorbe l'humidité de la terre qui prend son retrait et se décolle toute seule. 

Il faut faire très attention en utilisant le plâtre car les grains de chaux, s'ils sont mélangés à la terre et cuisent, reprennent 8 à 12 fois leur volume initial. Cela peut casser ou fendre des pièces, faire sauter l'émail... Donc, n'utilisez pas d'outils en métal sur le plâtre et ne recyclez pas la terre du rondeau pour façonner des poteries. 

Vous trouverez beaucoup de photos de la dernière formation de tournage sur le site.      
Vous pouvez également visiter le site de l' atelier
 

 

 

P1060723      P1060724 

Prise du diamètre du couvercle posé à l'envers sur un mandrin avec  le compas
Ajustement du bord du couvercle à l'aide d'un ébauchoir 
               

P1060729     P1060732

  Tournassage du bord du couvercle                      Lissage à la cuillère 

P1060741     P1060745

  Finition du bord au doigt pour enlever  les arêtes  et décor
      à la pointe sur le haut de la théière 

P1060748     P1060753

  Lissage de la gravure et du support du couvercle posé à l'intérieur du col 

P1060754     P1060761

Est ce que tout va bien?            La théière après la pose des anneaux 

Ces anneaux accueilleront après cuisson une anse en bambou.      

Au cours du séchage, cette théière sera soigneusement polie avec des pierres semi précieuses puis recouverte après séchage d'une terre sigillée. Elle sera cuite au feu de bois.

 

           Détail du tournassage d'un couvercle       

 

   stage tournage 002     stage tournage 004  

      Bien faire plat l'endroit où pose  le                   Tournassage de l'intérieur   
       couvercle sur le col de la théière

 

stage tournage 003            stage tournage 007

Bien regarder la position des mains, elles indiquent comment tenir
la pièce à tournasser. La force verticale doit être égale à la force latérale
pour éviter le décentrage. Le couvercle est posé ensuite sur la girelle
pour le tournassage du dessus 

stage tournage 008                  stage tournage 010

Les copeaux montrent que l'outil est tenu fermement et attaque bien la
paroi. Le majeur tient le couvercle par le haut en appuyant . 

stage tournage 013     stage tournage 018

    

        stage tournage 019                 stage tournage 021

          Le couvercle est posé sur la théière pour un ajustement impeccable. 

        stage tournage 022           stage tournage 023

    

Après le tournassage, la pièce sera mise sous plastique pour éviter le séchage pendant le tirage de l'anse. Tout doit rester à la consistance du cuir pour un bon collage du bec et de l'anse.

  La prochaine fiche montrera le garnissage de la théière, c'est à dire la pose du bec et de l'anse.

Si vous souhaitez voir se créer une fiche sur une technique particulière, si j'ai de quoi l'illustrer, je la créerai avec plaisir.
Si vous rencontrez une difficulté, n'hésitez pas à me questionner.

Si vous souhaitez laisser un commentaire, je le lirai avec plaisir

12 décembre 2013

Deux nouvelles journées portes ouvertes à l'atelier


alendier
BarbotineCuls de bolsbols au feuChemins de terreCreusage d'une grosse bouleEn plein cours de tournageenfumage sigilléesEn plein feuEnfumageFeu d'artificeEtincellesenseigne, le potierLa main dans le potfumée noire four à boisLa potière regarde les pièces à la sortie du fourLa potière au tourLes mains dans la barbotineles mains ouvrent la terreoutils au pied du potOuverture du four RakuPot au feuPetit bolPots prêts à passer au feuprête à enfumerThierry au fourDSC00223DSC00252DSC00136DSC00182DSC00184Thierry

Pour voir les programmes de l'année : http://laterreenfeu.free.fr/ev00.htm

Plein de bonnes nouvelles !!!

Tout d'abord, nous vous invitons à venir visiter l'atelier

Entre le 5 et le 21 décembre de 10h à 12h30 et de 14h30 à 17h du mardi au samedi.

Suite aux demandes ,
Nous avons ajouté deux journées portes ouvertes les samedi 14 et 21 décembre

Programme de la journée :
A partir de 10h, visite de l'atelier, de l'exposition.

Ateliers gratuits sur inscription au 0781743814

De 10h à 10h30, atelier de modelage pour tous, modelage d'une tête
De 10h30 à 11h, atelier de modelage pour tous, modelage d'une main
A 12h, apéritif offert
Pause de 13h00 à 14h30
De 15h à 16h30, atelier de tournage pour tous, tournage d'un bol. Venez recevoir votre baptême de tour !!
A 16h30, projection de trois films,
- "Le gnome potier"
- Hagoun Mati, un film sur les derniers potiers du Bengale
_ "Terres brûlées", un film sur le travail d'un potier coréen, Seung ho Yang

img3


Depuis que Sophie (encore une!!), notre jolie secrétaire nous a rejoints, le projet associatif avance à grands pas. Le DLA 'dispositif local d'accompagnement qui nous a été accordé nous permet de structurer encore mieux l'association, de mieux travailler sur la demande de certification, de rédiger  de façon 'professionnelle" le projet associatif et d'nevisage de trouver des partenaires financiers pour continuer à aménager la plateforme et terminer la construction de l'atelier.

DSC_0190

DSCF6897

DSC_0050

 

 

 

 

 

DSCF6897

 

DSC_0051

DSC_0055

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Tout le monde aide Thierry  pour monter la charpente du nouvel abri    

 

 

Nous avons participé au marché de potiers de Roquettes et avons revu de nombreux amis; C'était un moment vraiment agréable avec cette équipe dynamique et dévouée. Merci à toutes et tous les organisateurs et bénévoles de ce marché !!

DSC06171Quelques vues du stand et des pièces exposées...

DSC06173

DSC06177

DSC06178

DSC06188

 




















DSC06204

DSC06196

 

DSC06199

 

 

 

DSC06210

 

DSC06216



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC06193

DSC06219

DSC06220

DSC06225

DSC06230

 

DSC06251DSC06255

 

DSC06259

 

DSC06274

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les ateliers d'animation de Marie pendant les deux jours du marché :)

 Du 12 au 22 novembre a eu lieu la formation de tournage pour 7 élèves dont la plupart étaient des débutantes. Bravo les filles !!!

DSC_0009

DSC_0013

DSC_0056

DSC_0059

DSC_0065

DSC_0072

DSC_0077

DSC_0078

DSC_0079

DSC_0082

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC_0029

 

DSC_0129

 

DSC_0209

 

 

 

Ponts du 2éme Jour

DSC_0283

DSC_0310

DSC_0326

DSC_0347

Marie concent

DSC_0001

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



DSC06329

 

 

 

 

 

 

 

 




DSC06335

 

DSC06336

 

DSC06339

 

DSC06347

 

DSC06350

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  DSC_0126

 

 DSC_0126

 

 

 

 

 

 

DSC_0148DSC_0146

 

DSC_0167

DSC_0186

DSC_0201

DSC_0220

DSC06284

DSC06286

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC06353Marie concent

 

DSC06361

 

DSC06366

 

DSC06374

 

DSC06375

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC06370

 

DSC06371

 

DSC06388

 

DSC06389

 

DSC06390

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSCF7230

 

DSCF7233DSCF7237

 

 

 

P1200573

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSC06393

DSC06394

 

DSC06397

 

DSC06400

 

DSC06401

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

DSCF7277

 

 

DSC06398

 

 

 

DSCF7324

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La belle équipe au complet :)
Les poteries tournées seront décorées lors de la formation de décoration aux engobes qui aura lieu du 7 au 17 janvier

Pour voir le programme  http://laterreenfeu.free.fr/augresdufeu/fpdc01.htm

 Pour voir les programmes de l'année :

http://laterreenfeu.free.fr/ev00.htm

Merci de votre intérêt. A bientôt pour de nouvelles aventures !!:=)
Plein de belles créations à toutes et tous

Tous les stages peuvent faire l’objet d’une prise en charge CIF, DIF, Chambre des métiers, professions libérales… Nous consulter
A bientôt pour de nouvelles aventures Extraordinaires... 

Site http://laterreenfeu.com
Blog http://laterreenfeu.canalblog.com

Adresse :  Valojoulx lieu dit "Les Faux " 24290 Valojoulx (Route de Thonac à La chapelle Aubareil)

Et si vous avez juste envie de passer voir ce qui se passe,
n’hésitez pas, appelez au 0685230152. L'atelier et l'exposition se visitent sur rendez vous

 

 

24 novembre 2012

Stage de pratique intensive de tournage

Quelques photos de tournage...
Pratique intensive de tournage

Le tournage est considéré par les japonais comme un art martial. Plus qu’une technique, il est la relation intime entre la terre et la personne qui la travaille. Il nécessite une attention, une précision qui apportent la centration. La position, le souffle, la présence sont autant de qualités qui se développent en le pratiquant. L'enseignement est basé sur une approche sensible de la terre, ce qui permet de trouver son propre centre et d'être conscient de ses propres gestes pour les retrouver. Cette conscience est un acquis basé sur les sensations vécues, elle apporte l'autonomie et facilite l'apprentissage.


DSC05348 DSC05323
Apprendre à tourner les couvercles? Tourner sur rondeaux?

DSC05337 DSC05356
Tourner des formes hautes? Les becs verseurs?

DSC05359 DSC05400
Des bonnes formes bien rondes?

DSC05574DSC05579DSC05585
Battre? Recycler la terre?

DSC05635DSC05644 
Préparer de bonnes boules faciles à tourner?

P1060409DSC05680 
DSC05686 DSC05682
015 IMG_0546 
Tournasser pour parfaire et alléger les formes?
DSC05727 DSC05744
DSC05757 DSC05767
DSC05772 DSC05775
DSC05799 DSC05800
Poser les anses des pichets? Garnir une théière?
DSC_0173 DSC_0207
Tourner une grande assiette?
DSC_0267 DSC_0283
DSC_0348 DSC_0379
DSC_0383 DSC_0384
Faire un cendrier qui garde les odeurs de tabac?
Et bien d’autres formes encore selon vos besoins …

   
tournage 092 tournage 101
tournage 104
tournage 127
tournage 120tournage 124tournage 115   
tournage 116tournage 118tournage 128
tournage 133 tournage 134 
Tourner, assembler de grosses pièces.

tournage 136tournage 140tournage 142
tournage 145tournage 147tournage 146
tournage 157tournage 158tournage 160
Ici, réalisation par assemblage d’un épi de faîtage et
d’une percussion sur laquelle sera collée une peau

DSC05296   DSC05369
DSC05667   DSC05671

DSC05767   DSC05732
P1060518   DSC05790
P1060498   P1060280

Les stages sont destinés aux personnes qui souhaitent acquérir des bases de tournage et suffisamment d’aisance pour continuer une pratique autonome. L'enseignement est différent de celui d'un stage d'initiation, le but recherché n'étant pas de "faire des pièces", même si elles sont réalisées, mais d'acquérir une autonomie de gestes.
Ils peuvent rentrer dans le cadre de la formation professionnelle et être partiellement ou totalement pris en charge par l’Etat, la Région, l’employeur, la chambre des métiers…
DSC05557  DSC05573
Battage de la terre, récupération des déchets,
DSC05476  DSC05403
centrage,
DSC05406   DSC05330
mur,
DSC05294   P1060524
vague, cylindre, bols, saladiers,
P1060602   P1060690
pichet, théière, formes rondes, évasées, plates, 
P1060745   P1060409
DSC04862DSC04863
DSC01399DSC01427P1060401 
Quelques explications théoriques

P1060399      DSC05792
Tournassage, finition des pièces...
DSC05805   DSC05802
Pour voir le site de l’atelier
Pour venir à l'atelier

http://laterreenfeu.free.fr/pv01.htm

02 décembre 2010

stage raku, polissage, terres sigillées, enfumage

Du 18 au 23 juillet
Le Raku est apparu au Japon au XVIe siècle. Il signifie joie, aisance, sérénité et est étroitement lié
à la cérémonie du thé. Plus qu’une technique céramique, c’est une dynastie de potiers et un art de vivre.   
Les poteries sont façonnées avec une terre préparée spécialement pour résister aux chocs thermiques, cuites une première fois, puis émaillées et portées en fusion. Entre 900 et 1000°, on ouvre le four et on sort les poteries à l’aide de grandes pinces pour pratiquer des enfumages (dans de la sciure, de la paille..) Cette façon de travailler permet une spontanéité inégalable en céramique. Il ne se passe pas plus de deux heures entre le moment où l’on confie sa pièce au feu , le refroidissement et le nettoyage !!!
  

DSC02829   DSC03153         
DSC03180   DSC03147

Trois jours pour modeler, polir, engober, faire les finitions,      
du 18 au 20 juillet, de 10h à 12h30 et de 14h à 17h, 
DSC03184019-1DSC03260
Un jour pour la cuisson des pièces, le 23 juillet de 10h à 17h.      
DSC03217   DSC03230            
Tout d’abord, historique, initiation à la « mentalité » Raku et état      
d’esprit dans lequel les pièces sont façonnées.      
007    DSC02786 
DSC02789    DSC03146 
Modelage des bols pour s’exercer, puis de la théière.      
Une fois les pièces faites, elles seront polies soigneusement      
avec des pierres douces, peintes aux engobes (terres colorées)
et aux terres sigillées, polies à nouveau jusqu'à avoir une surface
d'une douceur et  d'une brillance étonnantes.      
DSC03256DSC03231DSC03240 
DSC03271DSC03282DSC03325      
Le dernier jour, 23 juillet, les poteries passent au feu pour être ensuite défournées en fusion. Enfumage léger, subtil sur les douces poteries avec herbe, papier, plantes....      
La terre est très présente dans ce stage, sa texture polie satinée garde toute sa douceur même après cuisson.      
DSC03346    DSC03347      
DSC03353    DSC03358      
DSC03361    DSC03363      
Une fois refroidies, les pièces sont nettoyées et "nourries" à la cire.      
DSC03369   DSC03375 
DSC03370   DSC03373      
DSC03372   DSC03371      
Ces poteries ont été réalisées pour la plupart par des débutants

 

TARIFS : Les prix comprennent l’enseignement, le matériel et la cuisson    
Pour les quatre jours : 340€ (adh), 360€ (non adh)      
Pour un couple, 10% de remise .

 

Un acompte de 150 € est demandé pour l’inscription (à l'ordre de "Au grès du feu")    
Le repas du midi peut se prendre à l’atelier, chacun apporte son pique nique      
      

 

Journée Raku de 10h à 17 h le 23 juillet    
Pour cette journée, il est proposé de choisir un bol déjà cuit, ou d’émailler une pièce personnelle. Après un aperçu des possibilités, l’émail est posé, les pièces enfournées et confiées au feu. Après l’enfumage, le nettoyage, on peut enfin boire le thé ….      
Vers 15h30, il est possible d’assister au défournement.      
Venez faire les curieux, c’est un vrai spectacle !

 

Tarifs : Les prix comprennent l’enseignement, le matériel et un bol biscuité choisi à l'atelier    
95 € (adh), 105 € (non adh).      
Un acompte de 35 € est demandé à l’inscription (à l'ordre de "Au grès du feu")      
Pour un couple, -10% de remise.      
Le repas du midi peut se prendre à l’atelier, chacun apporte son pique nique

 

L’adhésion annuelle permet de bénéficier d’une remise sur les cours, les stages, l’achat de terre, les cuissons. Pour bénéficier des services de l’atelier, elle n’est pas obligatoire.    
Adhésion annuelle : 20€ enfant. 30€ adulte. 60€ famille (même foyer)      
      
Pour tous renseignements appelez le 0556508673 ou le 0685230152      
Pour voir le site de l’atelier