" />
15 novembre 2017

Préparation d'une terre sigillée

Je fais remonter des anciens messages car ce n'est pas facile à trouver tellement il y a eu de fiches pédagogiques et de messages et j'ai ajouté une nouvelle catégorie "Terres sigillées"
Je vais essayer de classer au mieux.. Sorry si ce n'est pas lisible facilement, abonnez vous à la news et aux messages et enregistrez les si vous voulez retrouver les recettes facilement. Je ne posterai aux abonnés que ce message pour ne pas inonder les boîtes aux lettres mais je vais faire remonter plusieurs messages. Si vous avez besoin de les consulter, allez sur les autres messages
Une terre sigillée est une argile mise en eau dont on ne garde que les particules les plus fines     
qui vont vitrifier à la cuisson dont on se sert pour recouvrir les poteries sèches    
a 001 a 014
La couleur orange est donnée par la révélation de l’oxyde de fer      
dans une terre rouge après la vitrification.      
IMGP0325IMGP0289 b 020
PICT0031 IMGP0348
Les grecs employaient des terres sigillées (qui n’avaient pas encore
ce nom) avec des degrés de finesse différents et qui étaient plus ou
moins sensibles aux fumées.       
Le noir était une terre sensible à la fumée qui noircissait lors de l’enfumage et le      
rouge était une terre qui vitrifiait et donc imperméable à l’enfumage. C’est une      
vision un peu raccourcie mais qui peut permettre de comprendre le processus      
de la cuisson de la terre sigillée.      
DSCN0063 DSCN0074
Toutes les poteries présentées sont bien sûr des poteries récentes, pas antiques que j’ai fabriquées.      
Pour obtenir ces deux couleurs, les pièces sont enfumées en sortie      
de four en fusion dans des copeaux, herbe, sciure…     
a 018e 002b 002
d 011 e 009
On peut aussi enfumer dans une grande tranchée, comme les potiers
grecs ou dans un demi fût pour quelques poteries      
DSCN0033 DSCN0034
DSCN0038 DSCN0039
Quelquefois aussi, elles sont cuites dans le four papier…      
Ce qui est important à voir, c’est la multiplicité des résultats selon les      
argiles, les types de cuisson      
Le nom de '”Terre sigillée” provient du mot “sigillum”, sceau en latin.      
Les sculpteurs gallo romains fabriquaient des poinçons (sceaux) qui servaient      
aux potiers à fabriquer des moules d’agile avec les motifs en creux.    
Lorsqu’ils estampaient la terre dans les moules (plaquer une terre sur les parois     
d’un moule), les décors sortaient en relief.      
DSC07851 DSC07856
Ces sceaux et les moules ont été sculptés avec la terre du site gallo      
romain de la Grauffesenque à Millau (12)      
DSC07855 DSC07852
Cette amphore a été réalisée avec ce moule, deux demi assiettes      
collées, le pied et le goulot sont tournés et les anses tirées, collées      
et poinçonnées en bas. La pièce a été recouverte d’une sigillée et      
cuite au feu de bois dans une atmosphère réductrice.      
Photo 027 DSC07566
Après tamisage des terres      
DSC07604 DSC07605
Elles sont mélangées, liquides ou en poudre avec de l’eau et du silicate      
de soude  ou défloculent.      
La recette : 1kg d’argile en poudre
1 litre et  demi d’eau voire plus, cela dépend des argiles et 10 grammes de silicate de soude.

Certaines argiles ont plus soif que d'autres selon leur plasticité. Les proportions d'eau par rapport à la terre sont une indication. La densité est un meilleur indice; Une bonne pâte à crêpes liquide est un bon repère. 
Il faut bien agiter cinq minutes au mélangeur à peinture monté sur une perceuse      
et laisser décanter 24 heures. Au bout de ce temps, verser délicatement la      
partie supérieure dans un seau et le fond est à jeter. ce qui reste, ce  sont      
les particules lourdes. La terre sigillée est en surface. On peut préparer de la
sigillée avec de la terre diluée, il faudra alors évaluer la proportion d'eau et de
terre pour mettre le silicate.     
DSC07689DSC07699DSC07701
Tremper un tesson de terre sèche et crue dans la sigillée deux fois et laisser sécher      
DSC07800 DSC07711
On peut luster avec un chiffon très doux, un plastique très fin… Ca brille tout      
de suite      
            C’est une façon simple et rapide de préparer une terre sigillée. Attention
à la soude, elle peut faire décoller la sigillée si la proportion est trop forte. Cela      
donne un aspect également qui peut ressembler à de l’émail.
            On peut obtenir de la sigillée avec d’autres méthodes, la lévigation
(particules d’argile entraînées par de l’eau sur une pente douce), la décantation
lente   (Les particules lourdes vont tomber au fond et on va délicatement
reccueillir le liquide de surface) Pour cela, mélanger une argile à de l’eau de pluie de      
préférence, agiter et laisser reposer une heure. Garder le liquide de surface      
et recommencer jusqu’à 50 fois pour certaines argiles. Ce processus est plus      
lent mais permet d’obtenir de belles terres grasses qui n’ont pas un aspect      
trop brillant.      
            Poser la terre sigillée sur un biscuit est délicat et on va rencontrer
de forts risques de décollement. La couche doit être très fine.
             Certains potiers l'appliquent sur terre sèche, d'autres sur terre
à consistance du cuir 
             Il est possible de colorer les terres sigillées avec des pigments et des
oxydes, des sulfures...Certains oxydes résuisent le brillant de la terre sigillée.
             Il est préférable de bien broyer les couleurs pour obtenir de très fines
particules. Les carbonates et pigments céramiques sont moins lourds que les
oxydes purs. En ce qui me concerne je n'ajoute pas de colorant aux sigillées,
les couleurs sont données par les différentes terres, les différentes atmosphères
de cuisson, les enfumages; les différents fours... Il y a déjà de quoi bien s'amuser ....
DSC07829 DSC07820
Il reste à les passer sur les poteries crues, polies, au pinceau, avec un
aérographe, par trempage, … 
PICT0191 PICT0200
Digital image

… à les confier au feu et à les sortir en fusion pour les enfumer   
C'est un enfumage par défournement à chaud. Dans d'autres fiches vous trouverez les cuissons au bois, en four papier, dans le four à bois, dans une tranchée d'enfumage, dans un bidon....

C'est infini, chaque cuisson est une découverte et une grande joie souvent partagée pour les cuissons au bois
Cette recette n'est que le fruit de mon expérience. Chaque potier a la sienne, sa température de cuisson et même si elles ont l'air de se contredire elles sont toutes bonnes. Il faut regarder les résultats du potier pour voir les différents résultats et le principal est de faire des tessons et des tessons d'essais. Vous les trouez, notez les terres, la t° de cuisson; le four, ça fait des bracelets témoins qui vous permettront d'avancer vite dans les recherches.
Une fois que vous avez fait les essais sur tessons, faites des essais avec des bols. Cela donnera encore des résultats différents.
Il ne vous reste plus qu’à essayer, vous savez tout sur la théorie...
Si vous avez encore des questions   
ou des commentaires, n’hésitez pas, je vous répondrai avec plaisir.
Bons essais à tous !!!
Vous pouvez aussi vous abonner à la newsletter et à la réception des nouveaux      
messages (cette page est un message) en haut à droite, vous notez votre adresse.  

Si vous souhaitez recevoir aussi les fiches pédagogiques, cochez la case "recevoir toutes les notifications"  
Pour voir le site

Pour voir la page
La Terre en Feu, Les Faux , 24290  Valojoulx  0685230152
Appelez moi si vous voulez venir, l'atelier se visite sur rendez vous. A bientôt


07 novembre 2017

Fabrication de la terre sigillée au temps des gallo romains

Site Gallo Romain de la Grauffesenque à Millau
Grauffesenque ancien four IMG_0313 Alendier d'un ancien four gallo romain IMG_0318 IMG_0331 IMG_0353 IMG_0324

Fabrication des poteries Sigillées

Dans la poterie sigillée, il y a d’une part le support, décoré ou non et le vernis d’engobe, que l'on appelle la terre sigillée,  terre finement et longuement décantée pour ne garder que les particules les plus fines qui vont se vitrifier à la cuisson.
Les poteries sigillées sont des poteries en argile de basse température (faïence). les températures de cuisson varient entre 1000 et 1100° selon les argiles de base et le vernis en se basant sur le résultat escompté.

Les poteries sont façonnées au tournage, à la main ou faites à l’aide de moules. Elles peuvent être avoir des reliefs ou non, avoir des teintes qui varient de l’orange vif en passant par la rouge, le gris, un aspect métallescent, jusqu’au noir profond. Ces variations infinies vont dépendre du support, de la température de cuisson, du type de cuisson, de ce que l’on peut introduire dans le four au cours de la cuisson, comme du sel, par exemple, le type de combustible, tout est variable à l’infini.

On peut dire qu’une cuisson oxydante (avec oxygène) va apporter des teintes vives et uniformes, alors qu’une cuisson au bois va animer la surface au rythme des flammes et qu’une cuisson réductrice (diminution d’oxygène) ou un enfumage vont donner des teintes beaucoup plus sombres. Les gallo romains, pour obtenir les poteries rouges, cuisaient en oxydation, cuisson avec de l'oxygène alors que les grecs cuisaient en réduction avec de bons enfumages dans des fosses pour imiter la vaisselle métallique.

Pour obtenir des pièces à décor en relief,

IMG_0418 IMG_0420 IMG_0421 IMG_0423 IMG_0424 IMG_0425 IMG_0426 IMG_0428 IMG_0429 IMG_0430 IMG_0431 IMG_0432 IMG_0433 IMG_0445 IMG_0447 IMG_0454
Sceaux et moules de la Grauffesenque

Les potiers gallo romains faisaient préalablement des poinçons, appelés sceaux, d'où le nom donné à cette poterie, qui leur permettaient de créer des moules, généralement en argile dans lequel des poinçons étaient imprimés pour faire le décor en creux. Ces poinçons, « sigillum » qui veut dire sceau étaient faits par des sculpteurs en argile, en os et représentaient des animaux, des dieux, des scènes mythologiques ou de la vie quotidienne, des motifs floraux et végétaux….

Ces moules étaient cuits vers 700, 800° pour que la terre reste poreuse. Trop cuits, ils n'absorberaient plus l’humidité de l’argile et moins cuits ils ne seraient pas assez solides pour supporter la pression de l'estampage et le fait d'être humidifiés plusieurs fois.
Les potiers plaçaient  le moule sur le tour et  plaquait de la terre suffisamment molle pour qu’elle pénètre dans les reliefs en creux sur le fond et les parois.
Le moule s’imbibe de l’humidité de la terre qui, en séchant, prend du retrait et on être démoulée facilement. C'est un peu le principe de la terre qui est moulée dnas le plâtre, le plâtre absorbe l'humidité, ce qui fait se rétracter l'argile et la pièce peut se démouler.
A la sortie du moule, Les finitions peuvent être effectuées, le tournassage du pied, le nettoyage, le lissage du bord…,
Les poteries, une fois sèches sont trempées dans le vernis d’engobe très liquide avant d’être mises à cuire.

Je vous mets en lien le site d'un ami potier qui fait un travail remarquable vers Lausanne et qui pratique à la façon des potiers de l'antiquité. Il a un tour à pied où il reste debout et fait des pièces vraiment remarquables.

Il donne très bien toutes les explications de façonnage, de cuissons, c'est un vrai régal. Et si vous avez la chance de pouvoir passer le voir vous passerez un moment extraordinaire.

Archéocéramique

Photos du musée de Millau

Fts100v500R00 Fts101h500R01 Fts102h500R02 Fts103h500R03 Fts104h500R04 Fts105h500R05 Fts106h500R06 sigillées 010 sigillées 028 sigillées 029 sigillées 030 sigillées 032 sigillées 036 sigillées 037 sigillées 040 sigillées 058 sigillées 063 sigillées 067 sigillées 072 sigillées 077 sigillées 079 sigillées 082 sigillées 083 sigillées 084

Je ne pratique pas comme les potiers gallo romains, je ne moule pas ou alors pour m'amuser ou animer des ateliers. J'ai fabriqué des sceaux, la fabrication de chacun d'eaux nécessite huit à dix heures. Cela dépend de la complexité et de la perfection recherchée bien sûr mais le moins complexe m'a demandé cinq heure, une fleur à huit pétales.

c'est tout petit !!!

Pour fabriquer une sigillée vous pouvez consulter la page du blog

A La Terre en Feu... Comment est ce que je fais?

DSC08747 DSC08748 DSC08749 DSC08752 DSC08753 DSC08755 DSC08353 DSC08364 DSC08365 DSC08370 DSC08377 DSC08378 DSC08387 DSC08390 DSC08392 DSC08394 DSC08398 DSC08401 PENTAX Image PENTAX Image PENTAX Image PENTAX Image PENTAX Image PENTAX Image PENTAX Image Digital image Digital image Digital image Digital image Digital image Digital image Digital image6 Peuple de pots

En dessous, ce sont les pièces des élèves de la formation 2014

DSC07486DSC07496DSC07499DSC07517DSC07510

Les pièces sont tournées, longuement tournassées, polies à l’aide d’une agathe ou avec le manche d'une cuiller, pas avec la bosse sinon ça fait des marques, plusieurs fois au cours du séchage puis elles sont recouvertes d’un vernis d’engobe.

Pour obtenir ce vernis d'engobe ou terre sigillée, la terre est  pesée à sec  puis mise à décanter dans l’eau, puis tamisées  lorsqu'elle est bien dissoute à l’aide d’un tamis 60 (60 mailles au cm²).
Bien sûr, si on broie bien l'argile, elle va se diluer très rapidement. Mais pour les argiles ramassées souvent dans des talus, des jardins, des chantiers, il y a des cailloux, des racines etc et ce n'est aps facile à délayer rapidement. Alors on peut les faire tremper le temps qu'il faut et enlever le poids des déchets pour calculer le poids du silicate de soude (1%) par rapport au poids de terre, donc le total moins les déchets.

Une argile de basse température, calcaire donne généralement de bons résultats. sur la page du blog vous trouverez la recette et le processus expliqué

C'est après le tamisage que l'on pèse les 1% (ça peut varier selon les potiers, les façons de faire, ce qui est important c'est d'essayer. Je donne toujours une moyenne et il m'arrive d'ajouter un peu de silicate (0,5 %) si la terre ne décante pas assez et il arrive qu'une terre ne soit pas bonne du tout, elle pourrit ou  se décolle, tout va dépendre de la quantité de matières organiques qu'il y aura dedans.

Certaines terres ne vernissent pas, ou décollent mais vous ne prenez aucun risque, il n'y a pas d'investissement d'argent à faire pour essayer.. Amusez vous !!!!

Une fois le silicate bien mélangé, faites bien un tourbillon dans votre seau pendant deux ou trois minutes, vous laissez reposer 24 heures. 25 ce n'est pas grave, ni 23h30 mais c'est un bon temps pour la décantation. Certaines terres continuent à décanter encore même après que les particules lourdes aient été enlevées

Les particules lourdes vont se déposer au fond du seau pendant ces 24 heures.

On verse alors dans un autre seau la haut de la préparation que l’on garde. Le reste n’est pas conservé, il servira pour les fours papiers. Même pas en engobe, ça décollerai, la terre est morte, on lui a enlevé ses particules fines qui lui donnaient sa plasticité.

Le liquide du dessus peut alors servir immédiatement ou il peut être laissé plusieurs mois à évaporer pour se densifier. On peut entre temps rajouter de l’eau, faire évaporer… Lorsque la terre est devenue très fine, elle vernit et a un aspect lisse, brillant, doux, incomparable…. Un bon vernis est très brillant lorsqu’on le pose sur les pièces crues. En prenant de l’âge, le vernis continue à s’affiner et gagne en onctuosité et en brillance.

Cette façon de travailler est celle que je pratique, elle ne s’appuie que sur des expérimentations, beaucoup de tâtonnements, de recherches. Et même des des potiers différents n'ont pas la même façon de faire, ce qui est important est de regarder leur travail, voir si ça nous convient et petit à petit avoir sa propre sensibilité, ses propres expériences.
Je fais des recherches depuis 40 ans maintenant, jusqu'à ce que j'enseigne la façon de faire la terre sigillée je ne mesurais pas, juste à la consistance, à l'épaisseur, quelquefois au goût... Comme une cuisinière. Je compare souvent pendant les cours la poterie à la cuisine. Il y a des recettes de base mais nous avons tous des expériences différentes... Le tout est de se détendre et de se faire plaisir et pour une fois, ça ne coûte pratiquement rien.
Je cuis les sigillées dnas mon poele. Bien sûr, une ou deux petites pièces à la fois mais une ou deux par jour, ça fait vite un peu de stock et quelle joie de pouvoir offrir son travail ou partager à la veiller le modelage d'un bol pour le cuire quand il est sec et recouvert de la sigillée du jardin ou du voisin ou du talus du chantier d'à côté....!!

On retrouve le sens de la veillée, du partage, de la joie simple, de la beauté de la nature..
Le secret des sigillées réside dans l'amour de la terre, la patience, le temps et le jeu des flammes sur l'épiderme de la terre....


Vous trouverez le détail des prochains stages sur le nouveau site
L'adresse de l'atelier
La Terre en Feu
Les Faux, 24290 Valojoulx

0685230152
Pour venir, il est nécessaire d'appeler. Et si vous avez des questions, n'hésitez pas
A bientôt

05 avril 2016

Expériences de terres sigillées. Enfumage en gazettes.

Toujours dans le cadre de la recherches de noirs et blancs que je fais depuis un an

Essais systématiques de six terres sigillées blanches avec le même traitement et la même cuisson d’enfumage
IMG_6053 IMG_6054
Les six vases ont été tournés avec la même argile, MP ou FDML. Après polissage, elles ont été recouvertes de six sigillées blanches différentes et cuites.
Le projet est de faire un enfumage en gazettes dans le four à gaz. Jusqu’à présent je le faisais au bois dans la fosse mais vu le temps j’ai utilisé le four à gaz.
IMG_6055IMG_6057 IMG_6056IMG_6058
Papillotes avec du genêt, des algues, des copeaux, projection de bouillie bordelaise et de sulfate de fer.
IMG_6059
Puis cuisson d’enfumage, trois heures à 500°
IMG_6061
Défournement de la gazette
IMG_6066 IMG_6067 IMG_6068IMG_6071 IMG_6069 
Vases juste sortis des papillotes
IMG_6078IMG_6083 IMG_6079IMG_6081   IMG_6123IMG_6115 >
IMG_6118IMG_6117  IMG_6120IMG_6121IMG_6084IMG_6133   IMG_6125IMG_6124
Après nettoyage on peut voir la différence de chaque sigillée.
Normande, Beck, 86, et trois argiles que j’avais déjà qui ne sont pas dans le commerce
Ces essais systématiques permettent de vraiment connaître les argiles dans une situation donnée. J’avais expérimenté ces sigillées en sortie de four en fusion, dans le four patriotique, en papillotes au bois et je retrouve à chaque fois les caractéristiques communes. Celles qui prennent bien l’enfumage et celles qui sont plus fermées.
IMG_6098IMG_6100
IMG_6108IMG_6113
J’avais mis une pièce avec comme sigillée blanche la Normande et comme rouge la FR125

Quelques images d'un stage de deux semaines

sur les terres sigillées.
Pour les prises en charges pour les créateurs inscrits à la chabre des métiers 
http://www.cnams.fr/fr/le-fafcea.html

DSC_0040DSC_0042DSC_0045DSC_0048DSC_0050DSC07485-001DSC07486DSC07496DSC07499-001DSC07511-001DSC07492-001DSC07493DSC07495-001DSC07497-001DSC07500



Huit élèves maximum
Ces stages peuvent rentrer dans le cadre d'un CIF, DIF, chambre des métiers, artistes, artisans,...
C'est un grand moment de l'année, la terre sigillée, c'est trop beau...

Cueillette d’argile près de l’atelier. Les premiers tests de reconnaissance, fabrication de la sigillée avec la terre ramassée et les argiles apportées par les élèves
P1020713P1020714P1020715P1020716P1020717P1020718P1020719P1020720P1020721 P1020726fabrik 125fabrik 140
 fabrik 124P1020725fabrik 141 
fabrik 143 fabrik 144fabrik 145
Divers endroits d’un lieu riche en argiles
 fabrik 147
Etat des bottes et de la voiture après la cueillette en cas de temps humide….    
Pour reconnaître l’argile au détour des chemins, déjà, lorsque l’eau reste      
longtemps après la pluie, c’est louche. Si en plus la terre colle aux bottes,     
ça devient de plus en plus intéressant. On peut essayer de faire un petit      
boudin d’argile, la longueur de ce petit colombin déterminera la richesse      
en argile de cette terre.     

Photo 010 Photo 042
La terre est mise à décanter puis tamisée. Ici, tamis 60.     
DSC07590 DSC07615
Elle est mise sur des rondeaux de plâtre qui vont absorber l’humidité et      
permettre d’obtenir une pâte prête à mettre en ponts. Ces “ponts”      
d’argile sont laissés le temps qu’il faut à la terre pour se raffermir suffisemment      
pour être travaillée au modelage ou au tour.     
DSC07601 DSC07616
DSC07755 P1070777
Quelquefois, on trouve les terres dures, on peut les concasser avant de     
les mettre en eau     
DSC07718 DSC07720
DSC07724Photo 015Photo 045
Elles sont mélangées au bâton pour les petites quantités, au mélangeur  à peinture pour les plus grosses quantités, tamisées et mises sur rondeaux. 
Les terre récoltées s’utilisent au tour, pour modeler, selon leurs propriétés.     
Il faut faire des tests et surtout les cuire pour déterminer si on peut les utiliser. Si une terre continent trop de chaux, les pyrites vont reprendre de 8 à 12 fois leur volume en s’hydratant après cuisson et cela peut même casser des pièces.
Faites des essais, les argiles cueillies n’ont rien à voir avec les terres que l’on peut acheter.
La joie de les travailler, d’apprendre à les  reconnaître est immense.    

Chaque élève apportera deux argiles, une blanche et une rouge qu’il aura récoltées dans la nature, nous en ferons des sigillées et ferons des essais systématiques dans plusieurs cuissons de ces deux argiles afin de bien voir leurs propriétés et ce qu’elles donnent dans diverses situations, cuisson oxydante au gaz, cuisson au bois, défournement à chaud du four à gaz, enfumage au bois dans des fûts
 avec différentes techniques de décoration

P1020737P1020728P1020729P1020730P1020733P1020734P1020735P1020736P1020738
Pose des sigillées sur les pièces apportées par les élèves
Décors en réserves

DSC01768DSC01771DSC01778DSC01813DSC01822
DSC01780DSC01807DSC01811DSC01842DSC01767
DSC01809DSC01818DSC01808
Décors par trempage, lustrage
DSC_0063DSC_0068DSC_0083

DSCF8906DSC_0261DSC_0066DSC_0071DSC_0072DSC_0063IMG_0379

Les tessons d’essais avant la cuisson...

DSC_0085

avant et après le biscuit

DSC_0271DSC_0339

Après les premiers polissages, c'est la préparation des terres sigillées... On peut obtenir les sigillées de plusieurs façons. Lévigation, décantation. Pour obtenir rapidement une terre sigillée, on ajoute un peu de silicate de soude et on agite bien. Il faut laisser tomber les particules lourdes d'argile au fond du seau pendant 24 heures puis siphonner pour garder le liquide du dessus.
Chaque stagiaire apportera une terre ramassée et nous préparerons une sigillée avec et de la terre à modeler.
Nous irons faire une cueillette d'argile pour apprendre à les reconnaître sur le terrain
Une page de ce blog est destinée à la fabrication de la terre sigillée avec les recettes, les façons de l’appliquer….

DSC01927 DSC01928 IMG_0039DSC01974

Pose des sigillées, pièces avant enfournement dans le four à gaz pour un défournement des pièces en fusion, lustrage avec un plastique fin ou un chiffon très doux entre chaque couche de terre sigillée

DSC02008DSC02011
DSC02010DSC02032DSC02035DSC01975DSC02042DSC02045DSC02017
Polissage avec des engobes de porcelaine. C’est très difficile de polir ces engobes de façon régulière et c’est un excellent apprentissage pour ne plus faire de marques… Une pièce à consistance cuir sera destinée à cette technique pour apprendre à polir parfaitement sans faire de marque

IMG_0206IMG_0208DSC02002DSC02005 DSC_0257 DSC_0265DSC04263 DSC04264 DSC04265 DSC04269 DSCN3940 DSCN3943 P1020824 P1020827 P1020839 P1020840 P1020841 P1020842 P1020843 P1020844 P1020845 P1020848 P1020850 P1020855 P1020858 P1020860 P1020861 P1020873 P1020878 P1020883 P1020886 P1020888 P1020902
Lorsque les poteries sont sèches le four est rempli
DSC02084 DSC02087 DSC_0001DSC_0148

La deuxième semaine est destinée aux cuissons, aux

enfumages, à une cuisson au bois à flamme renversée

avec enfumage en fin de cuisson directement dans le

four à bois et à une cuisson d’enfumage au bois dans

des fûts en papillotes

Pendant la montée du four, théorie sur les cuissons, les différents fours, les courbes de cuisson, film "Terra Negra" d'un potier espagnol qui décore ses sigillées avec des résrves et gravures et cuit en réduction très forte pour obtenir des effets métalliques

Le four à gaz monte pour la première cuisson de biscuit et dès que les pièces seront en  fusion les stagiaires sortent une pièce polie aux engobes de porcelaine, des essais et pièces en terre sigillée
 P1020921 P1020923 P1020925 DSC01862DSC01863DSC01866DSC01869DSC01882DSC02132DSC02133DSC02149DSC01870DSC01873DSC01875DSC01877DSC01878DSC01876DSC02152DSC02153DSC02154DSC02156DSC02135DSC02147P1020928
DSC02152DSC02153  DSC02147DSC02160 DSC02161 DSC02164 DSC02169DSC02175DSC02185DSC07880DSC02172DSC_0188DSC_0195DSC_0196
Après l’enfumage, le nettoyage et la découverte
DSC_0269P1020932 P1020934 P1020936 P1020937 P1020942 P1020943 P1020950 P1020951 P1020952 P1020953 P1020960 P1020962 P1020964 P1020966 P1020968 P1020969 P1020971 P1020979 P1020981 P1020982    P1020995 P1020996 P1020998

Sous le regard curieux des ânes
DSC02188DSC02193

Le mercredi, cuisson dans le four à bois; D’abord on enfourne…
DSC06543DSC06533
DSC06557DSC06551P1020904 P1020907 P1020908 DSC02105DSC02104DSC02107 P1070331 P1070332 P1070333 P1070334 P1070335 P1070336 P1070337 P1070338 P1070339 P1020916 P1020917

Puis c’est la mise à feu

DSC06576DSC06599DSC06606
P1070347DSC02200P1030007P1030004

Petit feu dans l’alandier, grand feu en haut sur les barres
P1030005P1030011P1030022P1030026 
DSC02208DSC02209 DSC02214DSC02215DSC02216 DSC02217DSC02228DSC02231
Moment toujours très convivial...
DSCF7131 DSCF7124 DSCF7121 DSCF7118 DSCF7115 DSCF7106 DSCF7089 DSCF7079

DSC_0131DSC_0133DSC06623DSC06629IMG_0161

Ca monte en température..Le feu en bas, le feu en haut.... Chacun prend son quart, on a une bonne centaine de photos de la fumée qui sort de la cheminée :) et nous finissons par atteindre rapidement la température escomptée

Quand le four est redescendu à 600°, nous ouvrons la plaque du dessus et jetons des copeaux dans le four pour faire des enfumages après avoir bouché l’alandier avec le bon crottin de Casquette et Biscotte
P1070403 P1070404 P1070405 P1070406 P1070407
P1070408 P1070409 P1070410
Le défournement des poteries cuites au bois
P1070478P1070485P1070480 P1070479  P1070481 P1070482  P1070487 P1070488P1070492 P1070489 P1070490  P1070495 P1070497 P1070498 P1070499  P1070503 P1070504 P1070505 P1070506 P1070507P1070500 
DSC02261DSC02263DSC02274DSC02267DSC02268DSC02275DSC02269

Puis le jeudi, les pièces cuites seront enfumées dans des copeaux, du papier, de l’herbe…
P1030044 P1030045 P1030046 P1030047 P1030063 P1030064 P1030068 P1030071 P1030075 P1030076 P1030077 P1030079 P1030080 P1030082 P1030083
Chacun retrouve ses pièces sorties de la cuisson oxydante au gaz du mardi
Préparation des papillotes...
P1030091 P1030093 P1030094 P1030095 P1030096 P1030097 
Certaines pièces auront des réserves de barbotine de porcelaine avant l’enfumage

DSCF9186DSCF9187DSCF9188DSC07408P1070316 P1070317 P1070318 P1070319 P1070320 P1070321 P1070322 P1070323 P1070324
C’est la mise à feu des papillotes. Chaque élève a son bidon et gère sa cuisson, puis nettoie les pièces à la découverte des effets du feu
P1030102 P1030104 P1030105 P1030106 P1030108 P1030111  P1030115 P1030117 P1030120 P1030122  P1030128 P1030129 P1030131P1030123P1030163
P1030132 P1030140 P1030144 P1030146 P1030148 P1030150 P1030155 P1030156 P1030157 P1030161 P1030162P1030165  P1030164  P1030168 P1030159 DSC07419-001DSC07500  007009DSC07877

Le nettoyage pour découvrir les effets du feu
DSC02360 DSC02364 DSC02365 DSC02367 DSC02371 DSC02372

DSC07414DSC07492-001 
Réserves de porcelaine dans les papillotes, avant et après enfumage

Le vendredi, rangement de l’atelier, analyse des résultats, échange de recettes, de photos
Les tessons d’essais
P1030337 P1030338 P1030339 P1030341 P1030344 P1030345 P1030353

Résultats de engobes de porcelaine…

enfumage_002enfumage_036DSC02402DSC02403 DSC02410 DSC02412P1030223 P1030224P1030243 P1030231 P1030233P1030314  P1030291  P1030315 P1030319 P1030329 P1030333 P1030187
Terres sigillées avec réserves
P1030185 P1030186  P1030204 P1030208 P1030211 P1030214 P1030352P1030237P1030336P1030342 P1030337  P1030240
Terres sigillées défournées en fusion
P1030216 P1030218  P1030348 

IMG_0266IMG_0267DSC08014DSC02381DSC02383 DSC02384 DSC02385 DSC02388 DSC02406 DSC02409 DSC02414 DSC02417 DSC02418 DSC02422DSC02398DSC02399DSC02401DSC02408 DSC02420DSC_0398
DSC07510DSC07495-001

L’ensemble du butin
P1030176 - Copie P1030180 - Copie P1030182 - Copie P1030184 - CopieP1030201 - CopieP1030269 P1030187 - Copie P1030197 - Copie  P1030204 P1030231 P1030241 P1030265  P1030343 P1030346 P1030169

Tous les renseignements sont sur les sites

http://laterreenfeu.fr/les-terres-sigillees-polissage-aux-engobes-porcelaine-cuisson-au-bois-enfumages/
http://laterreenfeu.fr/formations-pro/contenu-pedagogique/

http://laterreenfeu.free.fr/augresdufeu/fpts01.htm
Pour voir le programme des stages et formations :

http://laterreenfeu.fr/calendrier-prochaines-formations/ 

Renseignements : 0685230152
LA PAGE

Site http://laterreenfeu.com   et http://laterreenfeu.fr
Blog http://laterreenfeu.canalblog.com
sophie@laterreenfeu.com

Adresse :  Valojoulx lieu dit "Les Faux " 24290 Valojoulx (Route de Thonac à La chapelle Aubareil)
Et si vous avez juste envie de passer voir ce qui se passe, n’hésitez pas sur rendez vous
Il est indispensable de téléphoner avant  en raison des activités multiples extérieures
Il y a aussi une exposition vente.