" />
15 novembre 2017

Préparation d'une terre sigillée

Je fais remonter des anciens messages car ce n'est pas facile à trouver tellement il y a eu de fiches pédagogiques et de messages et j'ai ajouté une nouvelle catégorie "Terres sigillées"
Je vais essayer de classer au mieux.. Sorry si ce n'est pas lisible facilement, abonnez vous à la news et aux messages et enregistrez les si vous voulez retrouver les recettes facilement. Je ne posterai aux abonnés que ce message pour ne pas inonder les boîtes aux lettres mais je vais faire remonter plusieurs messages. Si vous avez besoin de les consulter, allez sur les autres messages
Une terre sigillée est une argile mise en eau dont on ne garde que les particules les plus fines     
qui vont vitrifier à la cuisson dont on se sert pour recouvrir les poteries sèches    
a 001 a 014
La couleur orange est donnée par la révélation de l’oxyde de fer      
dans une terre rouge après la vitrification.      
IMGP0325IMGP0289 b 020
PICT0031 IMGP0348
Les grecs employaient des terres sigillées (qui n’avaient pas encore
ce nom) avec des degrés de finesse différents et qui étaient plus ou
moins sensibles aux fumées.       
Le noir était une terre sensible à la fumée qui noircissait lors de l’enfumage et le      
rouge était une terre qui vitrifiait et donc imperméable à l’enfumage. C’est une      
vision un peu raccourcie mais qui peut permettre de comprendre le processus      
de la cuisson de la terre sigillée.      
DSCN0063 DSCN0074
Toutes les poteries présentées sont bien sûr des poteries récentes, pas antiques que j’ai fabriquées.      
Pour obtenir ces deux couleurs, les pièces sont enfumées en sortie      
de four en fusion dans des copeaux, herbe, sciure…     
a 018e 002b 002
d 011 e 009
On peut aussi enfumer dans une grande tranchée, comme les potiers
grecs ou dans un demi fût pour quelques poteries      
DSCN0033 DSCN0034
DSCN0038 DSCN0039
Quelquefois aussi, elles sont cuites dans le four papier…      
Ce qui est important à voir, c’est la multiplicité des résultats selon les      
argiles, les types de cuisson      
Le nom de '”Terre sigillée” provient du mot “sigillum”, sceau en latin.      
Les sculpteurs gallo romains fabriquaient des poinçons (sceaux) qui servaient      
aux potiers à fabriquer des moules d’agile avec les motifs en creux.    
Lorsqu’ils estampaient la terre dans les moules (plaquer une terre sur les parois     
d’un moule), les décors sortaient en relief.      
DSC07851 DSC07856
Ces sceaux et les moules ont été sculptés avec la terre du site gallo      
romain de la Grauffesenque à Millau (12)      
DSC07855 DSC07852
Cette amphore a été réalisée avec ce moule, deux demi assiettes      
collées, le pied et le goulot sont tournés et les anses tirées, collées      
et poinçonnées en bas. La pièce a été recouverte d’une sigillée et      
cuite au feu de bois dans une atmosphère réductrice.      
Photo 027 DSC07566
Après tamisage des terres      
DSC07604 DSC07605
Elles sont mélangées, liquides ou en poudre avec de l’eau et du silicate      
de soude  ou défloculent.      
La recette : 1kg d’argile en poudre
1 litre et  demi d’eau voire plus, cela dépend des argiles et 10 grammes de silicate de soude.

Certaines argiles ont plus soif que d'autres selon leur plasticité. Les proportions d'eau par rapport à la terre sont une indication. La densité est un meilleur indice; Une bonne pâte à crêpes liquide est un bon repère. 
Il faut bien agiter cinq minutes au mélangeur à peinture monté sur une perceuse      
et laisser décanter 24 heures. Au bout de ce temps, verser délicatement la      
partie supérieure dans un seau et le fond est à jeter. ce qui reste, ce  sont      
les particules lourdes. La terre sigillée est en surface. On peut préparer de la
sigillée avec de la terre diluée, il faudra alors évaluer la proportion d'eau et de
terre pour mettre le silicate.     
DSC07689DSC07699DSC07701
Tremper un tesson de terre sèche et crue dans la sigillée deux fois et laisser sécher      
DSC07800 DSC07711
On peut luster avec un chiffon très doux, un plastique très fin… Ca brille tout      
de suite      
            C’est une façon simple et rapide de préparer une terre sigillée. Attention
à la soude, elle peut faire décoller la sigillée si la proportion est trop forte. Cela      
donne un aspect également qui peut ressembler à de l’émail.
            On peut obtenir de la sigillée avec d’autres méthodes, la lévigation
(particules d’argile entraînées par de l’eau sur une pente douce), la décantation
lente   (Les particules lourdes vont tomber au fond et on va délicatement
reccueillir le liquide de surface) Pour cela, mélanger une argile à de l’eau de pluie de      
préférence, agiter et laisser reposer une heure. Garder le liquide de surface      
et recommencer jusqu’à 50 fois pour certaines argiles. Ce processus est plus      
lent mais permet d’obtenir de belles terres grasses qui n’ont pas un aspect      
trop brillant.      
            Poser la terre sigillée sur un biscuit est délicat et on va rencontrer
de forts risques de décollement. La couche doit être très fine.
             Certains potiers l'appliquent sur terre sèche, d'autres sur terre
à consistance du cuir 
             Il est possible de colorer les terres sigillées avec des pigments et des
oxydes, des sulfures...Certains oxydes résuisent le brillant de la terre sigillée.
             Il est préférable de bien broyer les couleurs pour obtenir de très fines
particules. Les carbonates et pigments céramiques sont moins lourds que les
oxydes purs. En ce qui me concerne je n'ajoute pas de colorant aux sigillées,
les couleurs sont données par les différentes terres, les différentes atmosphères
de cuisson, les enfumages; les différents fours... Il y a déjà de quoi bien s'amuser ....
DSC07829 DSC07820
Il reste à les passer sur les poteries crues, polies, au pinceau, avec un
aérographe, par trempage, … 
PICT0191 PICT0200
Digital image

… à les confier au feu et à les sortir en fusion pour les enfumer   
C'est un enfumage par défournement à chaud. Dans d'autres fiches vous trouverez les cuissons au bois, en four papier, dans le four à bois, dans une tranchée d'enfumage, dans un bidon....

C'est infini, chaque cuisson est une découverte et une grande joie souvent partagée pour les cuissons au bois
Cette recette n'est que le fruit de mon expérience. Chaque potier a la sienne, sa température de cuisson et même si elles ont l'air de se contredire elles sont toutes bonnes. Il faut regarder les résultats du potier pour voir les différents résultats et le principal est de faire des tessons et des tessons d'essais. Vous les trouez, notez les terres, la t° de cuisson; le four, ça fait des bracelets témoins qui vous permettront d'avancer vite dans les recherches.
Une fois que vous avez fait les essais sur tessons, faites des essais avec des bols. Cela donnera encore des résultats différents.
Il ne vous reste plus qu’à essayer, vous savez tout sur la théorie...
Si vous avez encore des questions   
ou des commentaires, n’hésitez pas, je vous répondrai avec plaisir.
Bons essais à tous !!!
Vous pouvez aussi vous abonner à la newsletter et à la réception des nouveaux      
messages (cette page est un message) en haut à droite, vous notez votre adresse.  

Si vous souhaitez recevoir aussi les fiches pédagogiques, cochez la case "recevoir toutes les notifications"  
Pour voir le site

Pour voir la page
La Terre en Feu, Les Faux , 24290  Valojoulx  0685230152
Appelez moi si vous voulez venir, l'atelier se visite sur rendez vous. A bientôt


06 août 2017

L'argile de la grotte des Combarelles

entrada_002
J’ai choisi de mettre les derniers messages en haut au fur et à mesure des expérimentations . Pour voir le début vous devrez descendre en bas du message


04/07/2017 
Suite du travail effectué avec la terre qui a été sortie de la grotte

Suite des expérimentations avec l’argile sortie de la grotte. Après le tournage, j’ai préparé les terres sigillées de chaque sac que j’ai eu la chance d’avoir. J’en ai eu quatre. Les qualités sont très différentes selon les sacs, certains sacs contiennent une argile très sableuse, d’autres un peu moins
     P1170518 P1170519
Voici les quatre sigillées posées sur les tessons d’essai qui attendent la cuisson.
Trois couches par trempage. Le résultat au pinceau est différent, si le support est blanc c’est encore différent. J’ai choisi pour ces premiers essais d’utiliser une argile à faïence rouge.
P1170601  P1170603 P1170604P1170602 
Tournassage des pièces raffermies. J’ai fait des pièces avec l’argile brute, cailloux et sables inclus, des pièces avec l’argile tamisée au tamis 12 et des pièces avec l’argile tamisée au tamis 60. Certaines ont été polies pour voir la différence de résultats
P1170681 P1170612P1170680P1170682P1170683  P1170685 P1170686 P1170687 P1170684
Les premiers résultats de cuisson;
Une cuisson au gaz, une cuisson au bois. Un enfumage en sortie de four en fusion pour voir sa résistance au choc thermique. Comme elle est très riche en silice j’ai pensé qu’elle pourrait résister.
La pièce de gauche est celle qui a été sortie en fusion après la cuisson dans le four à gaz, 980°. Toutes les pièces claires ont été cuites au gaz.
La pièce du milieu est cuite au gaz avec la sigillée du sac N°4, c’st celle que j’ai utilisée pour ces tests sur les pièces.
la pièce de droite est la terre brute sans sigillée
P1180321 P1180322 P1180323 P1180324P1180330
Les pièces cuites au bois. Cuisson 1020°
P1180325 P1180326 P1180327 P1180328 P1180329 
Essai de la sigillée sur sigillée blanche kaolinique récoltée vers Bergerac
P1180331 P1180332 P1180333 P1180334
Je vais continuer les essais. Ce qui va être intéressant ce sera la réaction de l’argile dans l’atmosphère humide de l’atelier. La chaux après cuisson reprend huit à douze fois son volume, ce qui crée des fractures dans les pièces avec l’apparition de points de chaux plus ou moins gros.

Les premiers tests juin 2017

Tout d’abord, mélange de l’argile et de l’eau. Première observation, elle est très sableuse. Une fois la barbotine bien délayée, je vais utiliser deux tamis différents, un tamis de maçonnerie de 12 (mailles au cm²) et un tamis 60.

P1170428 P1170430
Le tamisage se fait facilement avec le gros tamis
 P1170431 P1170432
C’est beaucoup plus difficile avec le tamis fin, l’argile a énormément de sable
P1170433 P1170435 P1170436 P1170437
J’avais mis à tremper de l’argile dans de l’eau de pluie aussi pour préparer de la terre sigillée. 1kg d’argile sèche pour 1l800 d’eau. J’ai tamisé au tamis 60 pour retirer du sable et ai ajouté 1% de silicate de soude par rapport au poids de terre sèche . J’ai bien remué et 24 heures plus tard j’ai prélevé le liquide du dessus qui est la terre sigillée. On voit la matière gluante au fond, les particules lourdes de l’argile et le sable. Il y avait beaucoup de déchets au fond du tamis
P1170438 P1170439 
Le liquide à droite est la terre sigillée que je vais mettre à évaporer un peu tellement la barbotine était liquide à cause du sable
P1170442P1170441 
Les deux barbotines sont mises à raffermir. J’ai prélevé une boule d’argile telle qu’elle dans le sac que l’on m’a donné.
P1170452 P1170453
Les barbotines sont mises à raffermir sur des rondeaux de plâtre après évaporation partielle
P1170454 P1170455
Quand la terre se raffermit, on voit qu’elle se décolle facilement du plâtre. Je vais utiliser un second rondeau pour terminer l’évaporation de l’eau et je pourrai faire des boules pour les tests de tournage.
P1170462 P1170463 P1170464 P1170465
Les rondeaux saturés d’humidité sont mis à sécher. Il faut être vigilant lorsque l’on utilise du plâtre, il est possible d’avoir de la chaux si le plâtre s’effrite. Ne jamais utiliser d’outil métallique sur du plâtre et ne pas le gratter
P1170468P1170466  P1170500 P1170501
Les boules sont prêtes, il ne reste plus qu’à les tourner
P1170502 P1170503 P1170512 P1170513 P1170515 P1170516P1170514 P1170517
Test de plasticité satisfaisants, surtout avec l’argile tamisée au tamis 60. Elle a du mal à monter à cause du sable mais en tournant avec une crème de barbotine les doigts arrivent à bien glisser et à faire monter l’argile
P1170518 P1170519

Au fur et à mesure je complèterai cette page car je vais faire beaucoup de tests différents, de cuissons, de sigillées, d’enfumages de plusieurs façons.

Je traite de cette façon toutes les argiles récoltées, voilà pourquoi je fais une fiche détaillée qui vous permettra de faire des tests si vous en ramassez.
Prochaine étape, tournassage, tentative de polissage
Les cuissons auront lieu entre le 27 et 29 juin
A bientôt, ENJOY :)

Pour la petite histoire la fameuse argile provient d'une grotte ornée d'environ 800 gravures réalisées par les hommes et les femmes de cro magnon entre -13680 et -11380. La cavité se trouve dans une rivière souterraine.  En 2005 des spéléologues qui voulaient poursuivre les recherches dans la grotte ont creusé cette argile (la fameuse) qui obstruait le passage. Ils ont découverts de nouvelles gravures (photos ci jointe). cette partie de la grotte nommée Combarelles III ne sera a priori jamais ouverte au public. L'argile est restée en sac pendant 12 ans dans la grotte et a été extraite au mois de février de cette année.

Monique Veyret, une amie, sculptrice amateur, travaillant à Combarelles a pensé que ces trois tonnes d'argile pourraient faire des heureux plutôt que d'être expédiée à la déchèterie. Elle l'a donc proposé avec l'accord de George Cleyer Merle le directeur du musée des Eyzies et des grottes de Combarelles, Font de Gaume et Cap Blanc, et à quelques personnes.

Ambre Ludwickzak a eu l'idée lumineuse de proposer de réaliser une exposition de pièces faite avec cette même terre.... et une vidéo de cette expérience : intégrant photo et mini reportages. L'occasion de réunir de nouveau cette argile en autant de réponses subjectives et contemporaines. La participation à l'exposition est libre.

Les dates ne sont pas encore fixées. L'été semblant chargé pour bon nombre d'entre nous cela ne sera peut être pas avant l'automne prochain. Libre à vous de donner vos délais. Pas de thème particulier à cette exposition... laissons libre cours à nos inspirations (poteries, peintures, sculptures, installation et autres...).

Il faudra aussi que nous obtenions l'accord final de Mr Cleyer Merle.