" />
14 septembre 2018

Préparation d’une argile ramassée en nature

Vous êtes nombreux à me poser des questions sur la façon de préparer une argile récoltée en nature. Celle ci provient d’un ancien village potier près de l’atelier, Beauregard de Terrasson dans lequel j'ai construit et ai cuit dans un four papier en public le samedi 30 juillet. Le four a été construit, les poteries ont été faites avec l’argile du village.

P1130347P1130354P1130348P1120535P1120547P1120548 
Argile sèche que je concasse avec un marteau. Bien sûr il y a plein de façons de faire différentes, l’idée est de concasser grossièrement la terre sèche pour pouvoir diluer et tamiser pour enlever les impuretés, racines, cailloux etc….

   P1120730P1120531P1120545P1120532      

Premiers essais en bétonnière.
D’abord mise en eau, délayage. Galère :)
Deuxième essai, super !!! mise en eau, quelques jours après mélangeur. Bien plus facile
Un ami qui aidait pour le four m’a prêtée main forte. Le tamis est un tamis pour maçons de maille 12 Si vous trouvez 16 c’est plus fin. Ca correspond au nombre de mailles au cm²
Après cuisson je déciderai si je tamise plus finement, 30 ou 60 dans le cas où il y aurait des grains de chaux.
J’ai trouvé intéressants les grains de la terre qui donnent un effet rustique aux surfaces.
P1120727P1120728 P1120729P1120731 P1120734 P1120736
Après tamisage, l’argile a été stockée dans des grandes poubelles. On voit l’eau qui remonte à la surface, que je siphonne avec une poire pour aider au raffermissement.
J’ai mis la barbotine sur des rondeaux de plâtre qui me servent à tourner.
Les premiers tests ont été faits il y a quelques mois pour voir les qualités de cette argile.
Plasticité avec modelage et tournage. Le premier test sur le terrain a été de rouler un petit colombin d’argile humide. On peut aussi voir comment elle colle quand elle est mouillée, ou la taille des craquelures quand elle sèche.
Puis les tests de chaux que l’on ne peut voir qu’après la cuisson

Une fois la terre sur les rondeaux raffermie, elle est mise en pains et battue, battue, battue…Et on remet de la barbotine sur les rondeaux….
 P1120745 P1120747 P1120750 P1120751

Tournage des premiers pots
P1120752 P1120753 P1120775 P1120777

Les rondeaux saturent vite, il faut laisser l’air circuler, c’est un peu mieux. Dès que le plâtre sature, il faut laisser sécher. Toutes ces opérations prennent du temps. Il faut faire très attention de ne pas prendre des grains de plâtre, donc de chaux, qui reprend huit à douze fois son volume à la cuisson, elle se réhydrate. Ainsi, un grain de chaud que l’on ne voit pas avant la cuisson peut avoir la taille d’une tête d’épingle après réhydratation et casser une partie de la pièce

 P1120782 P1120783

On peut utiliser des carreaux de plâtre non hydrofuge, surtout mais comme le plâtre est assez léger, mettre un drap permet d’éviter les grains de chaux.
c’est encore un test à faire avec une argile, celui de la chaux. La plupart du temps, en tamisant au tamis 60 cela permet de les diffuser et ils ne se réhydratent plus en boule
On voit d’après les grandes fentes que cette terre contient beaucoup d’argile; Signe de reconnaissance dans la nature, il reste de l’eau pendant longtemps et lorsqu’il n’y en n’a plus il y a de grandes crevasses. plus les crevasses sont grandes, plus la teneur en argile est importante

P1120789 P1120790 P1120797 P1120798 

Tournage de plus grosses pièces. J’essaie toujours avec le maximum de finesse, c’est le test de plasticité et de résistance à l’évasement, au rétrécissement

P1120807 P1120809 P1120810 P1120812 P1120813 P1120814 P1120815 P1120817 P1120818 P1120823

Une fois raffermies, les poteries sont tournassées et partiellement polies. P1120907P1120911 P1120909P1120915 P1120917 P1120918 P1120931 P1120932
Après elles sont mises à sécher
P1120958 P1120959 P1120960 P1120970
Puis trempées dans la sigillée, trois fois et lustrées entre chaque couche de sigillée

P1120990 P1120992 P1120994 P1120998 P1120999 P1130002 P1130003 P1130004
Après c’est l’épreuve du feu, en même temps que la petite fête d’inauguration de ce beau grand four, le 16 juillet. Avant la cuisson, je ne pouvais pas continuer le travail. Si il y avait eu de la chaux, j’aurais dû tout reprendre et tamiser au tamis 60. J’ai tamisé au tamis maçon n°14, ça suffit pour cette terre assez pure. Elle a peu de caillou ou de terre végétale. Belle qualité, ce n’est pas pour rien si les potiers étaient installés dans ce village

Enfournement, cuisson au bois, défournement. J’ai de la chance, tous les tests sont impeccables, je peux maintenant commencer à tourner les pièces qui rempliront le four papier
P1130024P1130027 P1130026 P1130032DSC_6138 DSC_61311 DSC_61541 P1130041 P1130047 P1130052 P1130053 P1130056 P1130057 P1130073 P1130059 P1130060
A 1031° On arrête le feu. On laisse redescendre le four à 400°, cheminées et alandiers ouverts . Deux heures de petit feu, le bas des alandiers, une heure de moyen feu et quatre heures de grand feu. Pas de problème, faces froides en fin de cuisson, très bonne isolation. A voir lorsque nous ferons à l’automne la cuisson haute température…
. Je me prépare pour l’enfumage et on ferme toutes les ouvertures. Remontée en flèche de la température. Tellement performant qu’il a accumulé la chaleur à l’intérieur et il n’arrive pas à redescendre. Plutôt bon signe…
Ca redescend à 280°, je referme les ouvertures et quand je mets les copeaux ça s’enflamme direct !! Pour enfumer il faut enlever quelques briques de la porte
P1130093 P1130087 P1130094 P1130095
Après la cuisson, le sol est encore mouillé, le four doit encore sécher
Il faudra attendre deux jours de refroidissement pour pouvoir défourner. Belle récompense, la terre de Beauregard est magnifique !!!
Elle sonne magnifiquement, elle est étanche, a un bel aspect très minéral. C’est aussi le fait qu’elle soit tamisée grossièrement
P1130115P1130116P1130117P1130171P1130118-001P1130119P1130172P1130174P1130178P1130179P1130180P1130181
Travail avec la boudinneuse pour le pétrissage
P1130195 P1130196 P1130203 P1130204
Cadeau du ciel… C’est sportif quand même, les garçons qui sont au stage de tournage me donnent un coup de main; Merci :)
P1130260 P1130261 P1130263 P1130267 P1130271P1130268 
Et voilà les boudins? Les boules pour tourner les mémères. Pour que ce soit beau dans le four papier, il faut quelques grosses pièces. Je m’inspire de formes traditionnelles du village et je collerai des anses à la manière des anciens potiers P1130273 P1130274 P1130278 P1130280 P1130281 P1130287  P1130305 P1130306 P1130307 P1130308 P1130309 P1130314 P1130316 P1130318
En fin d’après midi j’ai tournassé, demain je collerai les anses et ferai les décorations dans la semaine
P1130468 P1130469 P1130470 P1130471P1130476 P1130473  P1130477  P1130481 
Pour récapituler les différents tests de recherche d’argile en nature, si une terre est très fendue quand elle est sèche ou si l’eau reste longtemps c’est qu’il y a de l’argile

On fait un colombin pour voir sa consistance. Plus le colombin est long, plus la terre est riche en argile

On en récupère un peu, pas besoin de trop tant qu’on ne la pas travaillée et cuite, on la lave, on la tamise, on la met à raffermir et on la travaille, chacun selon sa façon. Tests de plasticité, de solidité, de résistance à la pression des doigts

Test de chaux, c’est révélé après la cuisson; si des points blancs apparaissent c’est qu’il y a de la chaux. Ils peuvent avoir la taille d’une tête d’épingle et casser la pièce

Tests de porosité, le son, l’aspect

Après ces tests on connait un peu mieux son argile et on peut continuer ou pas selon les résultats

L’atelier se trouve à Valojoulx. Il est ouvert toute l’année sur rendez vous car je ne suis pas toujours présente. Appelez moi au 0685230152 pour le visiter

Le site http://laterreenfeu.fr

Pour voir tout le travail qui se fait à l’atelier, la page

bienvenue, à bientôt :)


La Terre sigillée est un jeu d'enfant

J’exposerai mes sigillées du 6 au 9 décembre 2018 au Carroussel du Louvre

Stand A la Terre en Feu

Le nom de la terre sigillée vient des gallo romain, du mot sigillum, qui veut dire sceau

Ils étaient faits en terre et servaient  à créer des motifs en creux dans les moules. Lorsque les potiers plaquaient l’argile dans les moules, les décors apparaissaient en relief.
Mais le terme sigillée désigne le revêtement de terre liquide, vernis d’engobe qui vitrifie à la cuisson par le procédé d’affinage. Nous ne savons pas vraiment comment faisaient les anciens mais avec le silicate de soude on a des résultats satisfaisants en 24  ou 48h. La vaisselle de l’armée romaine était en sigillée et on a retrouvé en Inde des poteries faites sur le site gallo romain de la Grauffesenque, à Millau qui était le centre le plus important dans la première moitié du 1er siècle après JC. Puis Lezoux et d’autres centres ont pris le relai. Les Etrusques, les grecs utilisaient déjà cette technique avec d’autres méthodes de cuisson. Les gallo romains ne voulaient pas de trace de feu sur leurs pièces qui étaient très rouges alors que les étrusques faisaient beaucoup de poteries noires. Les grecs variaient les couleurs avec des argiles de plusieurs couleurs et décantations qui réagissaient différemment avec la fumée et les flammes.
20180807_112300 20180807_112307 20180807_112314 20180807_112321
J’ai fait quelques moules en argile cuite à 600° pour qu’elle reste poreuse pour estamper une plaque fine de terre. La gourde a été faite avec deux assiettes réalisées avec ce moule gravé à la main; J’ai tourné le col et le pied et tiré les anses. Après séchage, j’ai recouvert de sigillée et je l’ai enfumée après refroidissement.
20180807_112336  20180807_112431 20180807_112437
Terre sigillée passée sur terre lisse et polie
20180807_175158
20180904_17022620180903_17005920180904_15131120180904_15234820180904_152720 

Première phase de préparation de la sigillée. 

Récupération d’argile en nature, talus du sud, en Aveyron et Roussillon.
20180712_204401 20180712_20441120180712_205541 20180712_20553620180905_095605
Mise en eau telle quelle avec les morceaux. 2k200, d'abord 4 litres d'eau pour voir sa consistance
  20180905_09462220180905_163102
   Comme elle a l'air gourmande, après l'avoir remuée et avoir passé un petit coup de mixer, je décide d'ajouter 3l d'eau. Elle est déjà dense et il reste des gros morceaux non dilués. La mousse que vous voyez n'est rien d'autre que des traces de lessive car j'ai pris l'eau de pluie avec un bidon de récupération. Vous voyez, c'est très simple.  Une argile peut rester dans l’eau longtemps. Bien sur, le seau a une étiquette, la provenance de l'argile, poids de terre, poids d'eau.

Rien de théorique, que mes expériences et même si les recettes ne sont pas toujours les mêmes entre potiers, il faut regarder si le travail du potier nous inspire.  Quelquefois on est contradictoires entre nous mais les réactions sont tellement variées pendant la cuisson que tout est valide. Et surtout on doit se faire sa propre expérience  et faire énormément d'essais,  tout noter précisément a chaque fois, sur chaque tesson. Les sigillées évoluent au fur et a mesure, ne pas être surpris des changements. Ça réagit aussi a chaque fois différemment sur les argiles différentes...

Deuxième phase de préparation
20180905_155034 20180905_155141 20180905_155640 20180905_160131
J'ai remué le mélange de ce matin et je l'ai tamisé au tamis 60. (60 mailles au cm2 )
Il restait de gros morceaux difficiles a diluer, je les ai mis de côté pour les remettre dans l'eau et je vais laisser faire le travail tout seul .
Je reviens au seau de barbotine très liquide après tamisage.
20180905_16073420180905_16102720180905_16114420180905_162102
D’après le poids de terre que j'avais, je mesure le silicate de soude avec une seringue. 10 ml font 12,5gr. Plus pratique que de peser et on n'en perd pas. Le silicate de soude est liquide, se trouve chez les revendeurs de produits céramiques mais aussi dans les drogueries.
Je dilue le silicate de soude, 1% du poids de terre sèche.  Il restait 200 gr de dur dans le tamis, je considère que j'ai 2 kg.
Donc, 20gr de silicate de soude dilués dans de l'eau bouillante, il se dilue mieux, que je verse dans le seau de barbotine liquide tamisée.
Vous suivez toujours?
Je remue bien en tourbillon pendant une minute pour diluer l'argile et le silicate.
Et je vais laisser reposer 24 à 48 heures selon le travail que j'aurai.
Le rôle du silicate est de permettre rapidement la séparation des particules fines et lourdes.
Les fines, les silicates, restent en surface alors que les lourdes tombent au fond. Ce ne sont pas que des sables. J'appelle le fond "le gluant", c'est mort.
Je le mets dans les poubelles de déchets d'argile à torchis ou fours papier. 

Troisième phase de mise en œuvre de la sigillée
20180908_112307 20180908_112315 20180908_112326
Récupération du nectar.. je verse délicatement le liquide du dessus dans un autre seau. On voit "le gluant", particules lourdes et plastiques de la terre pour n'avoir plus que les plus fines particules.
20180905_09414620180905_09473520180905_16013120180905_16203120180908_112232
Sur ces photos, on voit que les "cailloux d'argile" qui restaient de la première dilution qui ne se sont pas dissous. Je les mets dans l’eau pour qu’ils fondent et si il faut je les concasserai pour préparer un peu plus de sigillée
20180908_112419 20180908_113200 20180908_113220 20180908_113340 20180908_113404
Je trempe un tesson sec qui sera gravé immédiatement.  C'est pratique de faire un trou et des crochets qui permettent de tremper complètement, de faire sécher et d'assembler plusieurs essais ensemble, soit par cuisson, soit par argile testée.
J'ai fait briller en frottant très doucement avec un plastique très fin qui enlève les restes de particules lourdes de surface. La sigillée sur le tesson doit être sèche mais pas trop sinon ça ne brille pas et si trop humide la sigillée reste sur le plastique et la surface est abîmée.
C'est très simple mais ça ne se fait pas "entre deux" rapidement. Il faut du soin quand on fait de la sigillée.  Tant sur les pièces qu'a chaque phase et tout noter. 20° d’écart, l’atmosphère, le type de cuisson, électrique, bois, gaz.... les enfumages que l'on fait... si on veut faire des recherches systématiques et comprendre.
Les essais sont la base. On en fait beaucoup en stage et systématiques pour comprendre et avoir un appui stable pour progresser.
    
Les sigillées qui vieillissent peuvent briller spontanément et on n'y touche pas. Aujourd’hui, avec cette sigillée juste préparée, j'ai fait 4 couches par trempage. On peut passer au pinceau, tremper, passer à l'éponge, pulvériser.... E,n ce qui me concerne c'est trempage et passage au pinceau.
Comme la terre de support a son importance, elle est notėe dès que je fais les tessons.
Et je vais mettre a cuire. au gaz, ça pourrait être au bois ou en électrique. Les enfumages se font en second temps ou pendant le refroidissement du four.
Et je ne saurai si cette sigillée est correcte que après cuisson.
Est ce qu’elle est brillane?, Est ce que la couleur est jolie? Est ce qu’elle a bien fondu? Est ce qu’elle décolle?….. beaucoup d’observations à faire. D’une personne à l’autre avec les mêmes argiles on a souvent des différences quand on travaille en stage. donc vous devez vraiment faire vos propres essais

Voila, vous savez tout en ce qui concerne la théorie, c’est vous qui continuez l’histoire…
Bonne pratique, bons essais. Au debut, vous pouvez prendre de l’argile à faïence du commerce, les copeaux de tournassage sont le top.
20180603_181141-001
Les grès sont moins faciles, trop riches en silice la plupart du temps mais il y en a des bons aussi.. Si vous ne tournez pas, préparez de petites plaques très fines que vous mettrez à sécher
20180603_181116-00120180603_181110  
Chez les cousins, Céraquitaine ici en Dordogne, nous avons des argiles rouges à faïence FR125, PTE, et blanches Normande,  Beck A233, Fuji, grès Prai ...

Bons essais a vous, vous savez tout pour commencer et faire votre choix.
Quelque soit votre fournisseur, ne vous prenez pas la tête et ne vous posez pas 40000 questions qui ne sont qu'une perte de temps.Pour faire la sigillée avec une argile du commerce, encore plus facile. Il n’y a pas d’impureté.

Et on met a cuire. Et on regarde

Site http://laterreenfeu.fr
Mes créations https://Instagram.com/laterreenfeu
Vidéos pédagogiques de tournage    

Adresse de l’atelier La Terre en Feu
Les Faux, 24290 Valojoulx
Contact: Sophie Houdebert 0685230152